05/07/2012 – Appel aux représentants des « Pays amis de la Syrie » – Souria Houria

Article  •  Publié sur Souria Houria le 4 juillet 2012

Appel aux représentants des « Pays amis de la Syrie »

 

Depuis 16 mois, le peuple syrien subit une répression féroce pour avoir revendiqué son droit à la liberté après 42 années de dictature de la famille Assad.
Le bilan est sans appel : des milliers de morts, hommes, femmes et enfants ; des dizaines de milliers de prisonniers torturés et de disparus ; des centaines de milliers de personnes déplacées à l’intérieur comme vers l’extérieur du pays ; des villes assiégées, des quartiers résidentiels en ruine ; des massacres de civils délibérés qui nous rappellent les sombres moments de l’histoire de l’Humanité.

Pour se maintenir au pouvoir qu’il a hérité de son père en juin 2000, Bachar Al Assad sème la terreur, menace de guerre civile, et crée des tensions entre les différentes composantes de la société syrienne. Par son action, il n’assure plus la stabilité du pays, bien au contraire, il la menace et met en péril la région toute entière.

Face au danger permanent de mort que vit le peuple syrien, la société civile et l’Armée Syrienne Libre tentent aujourd’hui de protéger les civils contre la barbarie du régime

Par son manque de détermination et de fermeté face au drame en Syrie, la Communauté Internationale ne semble pas en mesure jusqu’à présent de prendre des décisions à la hauteur des attentes du peuple syrien, ni pour imposer le cessez le feu ni pour empêcher les crimes de guerre que commet le régime (qualifiés par plusieurs organisations de crimes contre l’Humanité).

De par ses incertitudes et ambiguïtés, l’accord de Genève  ne semble pas non plus répondre à cette attente. La position de fond de la Russie et de la Chine restant inchangée, le régime syrien bénéficie encore une fois d’un délai supplémentaire pour poursuivre ses massacres. La conséquence directe : des dizaines  de morts en 48 heures à Zamalka, Douma, Deir Ezzour, Deraa, Homs et autres villes et villages syriens.

 

Après le temps de l’indignation, vient le temps de l’action.

En tant que représentants de la société civile syrienne en France, nous nous adressons aux pays amis de la Syrie pour :

–       Augmenter la pression sur la Russie, la Chine et tous les Etats membres des Nations Unies pour qu’ils prennent une position claire en faveur du départ de Bachar Al Assad, et faire cesser leurs exportations d’armes et de technologie d’espionnage vers la Syrie, ainsi que toute aide financière en faveur du régime;

–       Exiger l’envoi d’observateurs et de casques bleus de l’ONU pour protéger les civils contre les forces armées du régime et ses milices, et pour permettre l’accès des associations d’aide humanitaire à toutes les zones du pays ; notamment les villes dévastées pour témoigner et y porter assistance.

–       Exiger le retrait des chars et des troupes de l’armée des villes et des zones résidentielles, et la libération des détenus politiques, deux points oubliés dans le plan Annan (jamais respecté).

–       Demander que le Comité International de la Croix Rouge et les ONG puissent visiter tous les centres de détention politique sur le territoire syrien pour s’assurer de la libération des dizaines de milliers de citoyens et de citoyennes vivant depuis des mois dans des conditions inhumaines.

–       Demander l’ouverture de procédures d’enquête par la Cour Pénale Internationale afin d’instruire et de juger les crimes de guerre commis en Syrie.

Le temps presse pour que le régime de Bachar Al Assad cesse les massacres, les tortures, l’état de siège, et cède la place au plus vite à un État de droit auquel aspire le peuple syrien.

Son combat est légitime. Le peuple syrien est déterminé à arracher sa liberté à tout prix, il ne fera aucun compromis sur ses droits humains que garantissent les chartes et les conventions internationales. Sa révolution continuera tant qu’il n’aura pas obtenu sa liberté et ses droits.

Nous faisons appel à votre responsabilité éthique et politique devant l’Histoire.

Ensemble nous pouvons sauver la Syrie.

 

Souria Houria 



Inscrivez-vous à notre newsletter