18/09/20145 Paris : Projections-débat « Nouvelles de Syrie. Médias, propagande, fiction »

Article  •  Publié sur Souria Houria le 11 septembre 2015

Vendredi 18 septembre à 19h et 21h : Nouvelles de Syrie. Médias, propagande, fiction

Suite à des projections-débat que nous avons organisées au Ciné 104 autour de la situation syrienne, nous est venue l’envie de vous proposer une séance, pour penser ensemble les images de ce conflit. Quelques réunions de travail plus tard voici le programme que nous avons composé pour vous : une séance en deux parties, pour regarder, réfléchir, sur les images du conflit syrien en particulier et les images de guerre en général. À partir d’extraits venus d’internet, de films hollywodiens et des réalisations du collectif de cinéastes syriens Abounadara, les intervenants Paul Sztulman et Jean-Philippe Tessé discuteront avec Dork Zabunyan et le public.

Dork Zabunyan est professeur en cinéma à l’université de Paris 8. Jean-Philippe Tessé est rédacteur en chef adjoint et critique aux Cahiers du cinéma. Théoricien de l’art, Paul Sztulman enseigne à l’école nationale supérieure des arts décoratifs. Il publie régulièrement des essais sur l’art moderne et ses différents modes de représentation (des arts visuels au cinéma en passant par la bande dessinée ou le jeu vidéo).

19h-20h30 : « Voir et ne pas voir la révolution »

21h-23h : « Du choc et de son suspens »

«Les informations sur la guerre en Syrie nous arrivent quotidiennement depuis quatre ans – le soulèvement syrien débute en mars 2011 –, et nous les accueillons globalement dans un mélange d’indifférence et de compassion. Sans doute le traitement médiatique de ce conflit n’est pas étranger à la manière dont nous recevons les nouvelles de Syrie. Que l’on se focalise uniquement sur les victimes de la « révolution » ou que l’on en reste à la dichotomie anesthésiante du tyran (Bachar al-Assad) et des extrêmes (Daech, le front Al-Nosra), c’est tout le peuple syrien qui devient alors invisible, c’est tout le quotidien de la libération qui se trouve occulté. Il s’agira tout au long de cette soirée d’analyser les différents types d’images qui organisent notre perception de la guerre en Syrie, que ces images soient médiatiques, propagandistes, ou qu’elles relèvent d’une tentative documentaire ou fictionnelle en lutte contre toutes les formes de simplification des événements en Syrie, comme le propose le collectif de cinéastes syriens Abounaddara.» Dork Zabunyan

 

Evenement_20150918



Inscrivez-vous à notre newsletter