Amnesty International accuse la Syrie de crimes contre l’humanité

Article  •  Publié sur Souria Houria le 6 juillet 2011
Dès le mois de mai, des habitants de Tall Kalakh ont fui leur ville pour passer au Liban comme ici au point de passage de Bugaya le 14 mai 2011.
Dès le mois de mai, des habitants de Tall Kalakh ont fui leur ville pour passer au Liban comme ici au point de passage de Bugaya le 14 mai 2011.

AFP PHOTO/STR
Par RFI

Les crimes commis en mai dans la ville de Tall Kalakh, dans l’ouest de la Syrie, pourraient être considérés comme des crimes contre l’humanité, annonce Amnesty International dans un rapport publié ce mercredi 6 juillet 2011. Ces conclusions font suite à une mission de chercheurs qui ont pu recueillir au Liban les témoignages de réfugiés ayant fui la ville après la répression de l’armée.

Victoria Nuland

Porte-parole du département d’Etat américain

Nous appelons le gouvernement syrien à cesser immédiatement sa campagne d’intimidation et d’arrestation
Écouter (00:36)

06/07/2011 par Raphaël Reynes

La mission d’Amnesty International est restée près de deux mois au Liban. Les chercheurs ont pu rencontrer plusieurs personnes qui venaient de passer la frontière. Selon elles, la répression a été extrêmement violente, comme en a témoigné auprès d’Amnesty un homme surnommé Mahmoud, âgé de 20 ans, qui a passé un mois entre les mains des forces de sécurité.
« Il a été attaché dans la position de « Chabah », un mot arabe qui veut dire fantôme, explique Philip Luther, directeur adjoint du bureau Moyen-Orient de l’organisation de défense des droits de l’homme.
Il ajoute : le détenu est contraint d’adopter une position douloureuse pendant de longues périodes et il est frappé. Ils ont envoyé des décharges électriques sur le corps et les testicules. D’après des témoins, aussi, au moins neuf personnes sont mortes en détention après avoir été arrêtées dans le cadre de cette opération de sécurité menée à Tall Kalakh. C’est donc un tableau alarmant et un abus ciblé visant à étouffer la contestation à Tall Kalakh ».
Les familles qui ont récupéré des corps ont dû signer des documents selon lesquels leurs proches avaient été tués par des gangs armés.
Avec ce rapport intitulé « Répression en Syrie, terreur à Tall Kalakh », Amnesty International exhorte les autorités syriennes à arrêter cette répression systématique et à ordonner des enquêtes indépendantes. L’ONG espère que ce rapport étoffera le dossier du Conseil de sécurité de l’ONU qui faute de consensus, n’a pas voté de résolution contre la Syrie pour saisir la Cour pénale internationale.

A consulter :

 



Inscrivez-vous à notre newsletter