Au salon du Bourget 2013, les armes russes sont en vente libre : vous avez dit normal ?

Article  •  Publié sur Souria Houria le 19 juin 2013

Par CCFD-Terre Solidaire

LE PLUS. Le 50e salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget ouvre ses portes ce lundi. Outre l’ambiance familiale qui y règnent, beaucoup oublient souvent que c’est un lieu majeur pour la négociation de contrats de vente d’armes. Pour Zobel Behalal, la France n’aurait jamais dû accueillir les prestataires russes, dont les équipements servent à Bachar al-Assad. Explications.

Un Sukhoï 35 russe, au salon du Bourget, le 16 juin 2013 (IBO/SIPA)

Pour les Français, le salon du Bourget qui s’ouvre ce lundi évoque un moment sympathique passé à s’émerveiller devant les prouesses technologiques de l’aéronautique mondiale. Ce que l’on sait moins, c’est que les quatre premiers jours réservés aux professionnels, sont aussi consacrés aux négociations de contrats de vente d’armes de guerre.

Des avions russes vendus à la Syrie

Cette année, parmi les exposants présents pour promouvoir leur matériel, ceux venus de Russie occupent une place de choix. Ce pays est ainsi le 4e plus représenté après les USA, l’Allemagne et la Grande Bretagne. Dans le contexte du conflit syrien qui a déjà fait près de 100.000 morts, où de l’avis même de la France, le pouvoir en place utilise des armes non conventionnelles, avouons que la présence russe au salon du Bourget est plus que choquante.

En effet, sur le salon, le Pavillon Russie met en avant les principales entreprises qui fabriquent le matériel qu’utilise le régime de Bachar al-Assad. On y trouve par exemple United Aircraft Corporation dont les usines produisent les Sukhoi, principaux avions de combat utilisés pour bombarder les zones tenues par l’opposition.

Devant l’espace de l’entreprise Irkut Corporation, on verra certainement les Yak 130, ces avions d’entrainement que la Russie aurait promis de vendre au régime syrien. En bonne place trône aussi Rosoboronexport, agence officielle russe qui a autorisé toutes les exportations d’armes vers la Syrie depuis le début du conflit.

Et la France qui laisse faire…

On peut se demander pourquoi la France qui milite ouvertement en faveur du départ de Bachar al-Assad, déroule aujourd’hui le tapis rouge aux acteurs qui œuvrent pour le renforcement de ses capacités militaires. L’opposition du gouvernement français à la présence des entreprises russes aurait pourtant été un symbole fort. Mieux que toutes les déclarations, elle aurait attesté de la volonté politique de faire bouger les lignes dans la résolution de cette crise majeure. Une fois de plus, les motivations commerciales semblent bien avoir été plus fortes que toutes les autres.

Cette situation déplorable démontre que la question des sanctions ciblées sur tous les soutiens militaires du régime syrien devrait être approfondie. À ce sujet, la France et les autres pays européens peuvent s’inspirer de l’action des sénateurs américains. En mai dernier, ceux-ci ont adopté le Syria Transition Support Act of 2013. Ce texte autorise le président des États-Unis à imposer des sanctions aux personnes qui procurent du matériel militaire au régime syrien.

Source : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/888381-au-salon-du-bourget-2013-les-armes-russes-sont-en-vente-libre-vous-avez-dit-normal.html

Date : 17/6/2013



Inscrivez-vous à notre newsletter