Bachar Al Assad ne se contente pas de réprimer, mais affame sa population – par Ignace Leverrier

Article  •  Publié sur Souria Houria le 25 septembre 2013

Plusieurs Organisations Non Gouvernementales – le Centre de Documentation des Violations en Syrie, le Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme et le Centre Al-Khalij pour les Droits de l’Homme – ont lancé, mardi 24 septembre, un appel au secours urgent en faveur de la ville d’al-Mo’damiyeh, dans la banlieue de Damas, et des quartiers du camp du Yarmourk et de Hajr al-Aswad. La situation humanitaire et sanitaire est catastrophique dans ces lieux quotidiennement bombardés, et, suite au blocus imposé par les forces du régime depuis plusieurs mois, plusieurs personnes dont des enfants y sont mortes de faim. La vie de milliers d’autres est immédiatement menacée.

Partiellement assiégée depuis décembre 2012, Mo’damiyeh al-Cham est soumise à un encerclement total depuis le 1er mars 2013. Les forces de répression du régime interdisent la circulation des personnes, l’entrée des denrées alimentaires et l’approvisionnement en médicaments et autres produits de première nécessité.

Pour leur part le camp du Yarmouk, où résident encore plus de 30 000 habitants, et le quartier de Hajr al-Aswad ont été hermétiquement bouclés le 14 juillet 2013, en même temps que le secteur sud de la capitale. Des dizaines de femmes, d’enfants et de nourrissons y sont victimes de sous-alimentation.

Le Centre de Documentation des Violations en Syrie supplie les organisations humanitaires et les organisations compétentes des Nations Unies d’intervenir sur le champ pour ouvrir des passages sécurisés et sauver la vie des milliers de civils placés en danger de mort par le blocus imposé à leurs lieux de résidence.

===

Le régime justifie depuis des mois le blocus qu’il impose à des villages, des quartiers et des villes entières, par la présence dans les lieux de combattants qui se sont donné pour mission de protéger les habitants, prévenir la répétition des massacres commis à Daraya par exemple, et s’opposer à ce qui constitue l’un des objectifs majeurs des forces du régime dans la banlieue sud de la capitale : la vider de ceux qui l’habitent de manière à assurer, d’une part, le maintien en activité et la sécurité de l’aéroport militaire de Mezzeh, et, d’autre part, l’ouverture de l’autoroute menant vers Daraa et la frontière jordanienne.

source : http://syrie.blog.lemonde.fr/2013/09/24/bachar-al-assad-ne-se-contente-pas-de-reprimer-mais-affame-sa-population/

date : 24/09/2013



Inscrivez-vous à notre newsletter