Beyrouth appelle à l’aide face à l’afflux de réfugiés syriens

Article  •  Publié sur Souria Houria le 14 mars 2013

BEYROUTH (Reuters) – Le Premier ministre libanais, Najib Mikati, a appelé mercredi les pays arabes à aider son pays à faire face à l’afflux ininterrompu de réfugiés syriens, estimant qu’il aurait besoin d’au moins 370 millions de dollars cette année.

Les hôpitaux libanais sont remplis de réfugiés syriens blessés ou malades et les médecins ont du mal à prévenir les foyers de maladie, avec 340.000 réfugiés qui s’entassent dans des communautés d’accueil sur l’ensemble du territoire, a déclaré Najib Mikati dans une interview à Reuters.

Outre la recrudescence des problèmes sanitaires, le Liban est confronté à une hausse de la criminalité, et 700 Syriens ont été pris en flagrant délit d’infraction au mois de janvier.

« Nous arrivons à un point extrêmement critique », a-t-il dit. « Nous avons besoin d’aide. Le Liban porte le fardeau des événements en Syrie. Nous demandons aux pays arabes de fournir une aide et de faire preuve de sympathie envers le Liban, parce que le Liban a besoin d’eux maintenant. »

Les bailleurs internationaux, dont les riches Etats du Golfe, ont promis d’apporter une aide d’1,5 milliard de dollars (1,16 milliard d’euros) à destination des réfugiés et déplacés syriens, mais deux ministres libanais ont déclaré à Reuters mardi ne pas avoir vu arriver pour l’instant le moindre centime.

L’appel du Liban à lui fournir une aide financière de 370 millions de dollars (286 millions d’euros) pour aider les réfugiés s’appuie sur l’estimation selon laquelle le pays pourrait accueillir 250.000 réfugiés cette année, un chiffre qui a déjà largement été dépassé.

« Il n’y a plus de lits dans les hôpitaux libanais pour accueillir des (patients) libanais dans la mesure où tous sont déjà occupés par des Syriens », a dit Mikati.

Le mariage des enfants – notamment de petites filles de 10 ans, ce qui est légal au Liba

n – est en hausse, accentué par les pressions des familles d’habiter sous un seul et même toit.

La crise en Syrie et les tensions politiques internes au Liban ont par ailleurs beaucoup écorné la croissance de pays, passée de 8% par an entre 2007 et 2010 à moins de 2% l’an dernier, quand le déficit budgétaire a augmenté de 67% pour atteindre 3,93 milliards de dollars (trois milliards d’euros).

Michael Stott et Laila Bassam, Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser

source: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130313.REU9521/beyrouth-appelle-a-l-aide-face-a-l-afflux-de-refugies-syriens.html



Inscrivez-vous à notre newsletter