Brûlures, amnésie : des armes chimiques utilisées en Syrie ? – Par Marie Kostrz

Article  •  Publié sur Souria Houria le 30 avril 2012

29 avril 2012

En Syrie, depuis quelques semaines, les médecins opérant dans les hôpitaux de fortune soupçonnent l’armée régulière d’utiliser des armes chimiques contre la population.

Le médecin Mohamed Al Mahmed, dont l’engagement auprès des blessés de Bab Amro a été médiatisé, a enregistré début avril une vidéo passée assez inaperçue.

Au chevet d’un malade soigné clandestinement, il décrit les symptômes dont souffrent certains malades originaires de ce quartier assiégé puis attaqué par l’armée fidèle au régime :

« Ceci est l’un des cas que nous avons pu recenser chez les gens originaires de Bab Amro. Ils sont victimes de malaises, ont des réactions cutanées, des douleurs aux articulations et aux muscles, des pertes de mémoire ainsi qu’une perte des cheveux. »

 

Sur la vidéo mise en ligne le 4 avril sur YouTube, le jeune médecin ajoute :

« Nous avons constaté tous ces troubles à plusieurs reprises depuis quatre jours à Bab Amro, cela prouve que le régime utilise des armes chimiques contre les habitants. Ce cas présent est l’un des douze déjà recensés. Deux qui ont succombé à leurs blessures à l’hopital d’Al-Bor ! »

La caméra zoome sur la tête du malade, dépourvue à certains endroits de cheveux. Il attrape la tignasse de l’homme, les cheveux se détachent sans difficulté.

Mohamed Al Mahmed continue d’enregistrer son message :

« Nous faisons appel aux organisations humanitaires afin d’effectuer les analyses médicales qui nous permettraient de soigner les cas constatés. En effet, il n’y a pas de laboratoire sur place permettant d’établir des diagnostics. »

D’autres cas ont aussi été répertoriés à Al-Rastan, dans la banlieue de Homs, aux alentours du 10 avril.

« Des brûlures profondes et très intenses »

Mustapha Hijazi, membre de l’Union des organisations syriennes du secours médical (UOSSM), est en contact avec des médecins sur place. Il précise :

« On suspecte des brûlures qui ressemblent à celles qui apparaissent lorsqu’on est rentré en contact avec le phosphore blanc, utilisé dans les bombes israéliennes à Gaza durant l’opération Plomb durci, par exemple. Ce sont des brûlures profondes et très intenses. »

Lui-même médecin, Mustapha Hijazi appelle tout de même à la prudence :

« Il y a eu beaucoup de rumeurs et les personnes ne sont pas touchées par dizaines. Or, en général, les attaques à l’arme chimique ou aux produits toxiques touchent un grand nombre de personne à la fois. »

Des symptômes jamais observés avant

Ce qui est sûr, souligne-t-il, est que les docteurs disent découvrir des symptômes auxquels ils n’avaient pas été confrontés depuis le début de la révolution syrienne.

Ceux qui ont fait le choix de porter secours à la population dans les hôpitaux de fortune n’ont pas les moyens d’établir des diagnostics sérieux pour ces nouveaux cas :

« Il s’agit en général de médecins très jeunes, souvent internes, qui n’ont pas beaucoup d’expérience. Ils ne disposent pas non plus du matériel nécessaire pour savoir de quoi ces malades sont atteints. »

Début février, l’organisation Médecin sans frontières dénonçait le fait que le régime syrien prenne pour cible tout hôpital clandestin et les médecins qui y travaillent. Filmé de dos, l’un d’eux expliquait que « la sécurité est ce qui préoccupe le plus les médecins syriens » puisque « la possibilité d’être arrêté est grande ».

 


Syrie : Interview d’un médecin syrien par msf

source: http://www.rue89.com/2012/04/29/brulures-amnesie-des-armes-chimiques-utilisees-en-syrie-231523



Inscrivez-vous à notre newsletter