Communiqué du CPSLD : Après ALEP en décembre 2016, Damas- Est (La Ghouta) en décembre 2017 ? Allons-nous encore laisser Bachar Al Assad bombarder et affamer les populations ?

Article  •  Publié sur Souria Houria le 28 novembre 2017

Communiqué du Collectif pour
une Syrie libre et démocratique

Paris le 27 novembre 2017

 

Après ALEP en décembre 2016, Damas-Est (La Ghouta) en décembre 2017 ?

Allonsnous encore laisser Bachar Al Assad bombarder et affamer les populations ?

 

Des bombardements du régime syrien ont tué 23 civils dimanche 26 novembre dans la Ghouta orientale, une région rebelle près de Damas, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), un bilan qui pourrait être revu à la hausse en raison de blessés graves. Les raids meurtriers qui ont visé la Ghouta ces deux dernières semaines ont fait plus d’une centaine de morts, selon la même source.

 

La Ghouta orientale, banlieue de Damas fait partie des quatre zones soit disant de « désescalade » instaurées cette année dans plusieurs régions du pays en vue d’imposer une trêve durable. Malgré cela, le régime a intensifié depuis la mi-novembre ses frappes contre cette région où il a imposé depuis 2013 un siège à quelque 400.000 habitants qui sont confrontés à de graves pénuries de nourritures et de médicaments. Avec le manque d’approvisionnement alimentaire, des centaines d’enfants y souffrent de malnutrition aiguë ; affamer les populations est une des armes de guerre de Bachar Al Assad.

 

Nous avions crû comprendre que le Président de la République Emmanuel Macron avait deux lignes rouges : les armes chimiques et l’accès humanitaire. Comment cette parole pourrait-elle être crédible sans prendre des dispositions courageuses pour s’opposer clairement à celui qui bombarde sans relâche les populations civiles et qui refuse tout accès humanitaire ?

 

Tolérer la barbarie du régime de Bachar el Assad ne manquerait pas une fois de plus de nourrir la radicalisation et de faire le lit des intégristes.

 

Nous lançons cette alerte à l’opinion publique et à l’exécutif français : contre toute passivité et lâcheté, cette fin d’année 2017 de doit pas être, comme à Alep il y a tout juste un an, le déshonneur pour notre propre humanité. Halte au massacre à la Ghouta orientale.

Contact presse : collectif.psld@gmail.com

Facebook : https://www.facebook.com/SyriePSLD2011/?ref=ts&fref=ts.



Inscrivez-vous à notre newsletter