Courrier Atlas « De l’art pour ne pas oublier la Syrie »

Article  •  Publié sur Souria Houria le 20 juin 2013

Brunch littéraire à l'ICI : TREIZE ANS DANS LES PRISONS SYRIENNES - Samedi 22 juin à 12h00

A partir d’aujourd’hui (19 juin) l’association Souria Houria et l’Institut des Cultures d’Islam organisent l’événement « L’art pour la liberté en Syrie ». Un occasion de remettre un coup de projecteur sur la situation syrienne. – See more at:

L’ICI et Souria Houria proposent du 19 au 22 juin l’événement « L’art pour la liberté en Syrie ». L’association Souria Houria rassemble des syriens et syriens vivants en France depuis plusieurs années.

Artistes pour la plupart d’entre eux, les membres de l’association utilisent leurs compétences  pour faire parler de la situation syrienne : « Nous sommes tous issus des domaines artistiques, Hala Abdalla est réalisatrice, Maram al Masri est poète… », explique Samar Diab, membre du comité d’administration. Quatre jours d’art et de culture syrienne pour la bonne cause.

 

Pour la cause syrienne

Souria Houria arpente les routes de France pour diffuser son message : « Nous essayons de trouver de nouveaux endroits pour sensibiliser à la cause syrienne. La faire connaître au maximum de gens » dit Samar Diab.

À L’ICI, comme dans les autres événements organisés par l’association syrienne, les spectacles seront gratuits : Poésie, projection de documentaires, concerts de musique traditionnelle syrienne. « Pendant les événements, nous aurons quand même des stands où nous vendrons des produits syriens, nous ferons également un brunch avec des plats syriens et tout l’argent récolté ira aux familles de réfugiés » confie la membre du comité d’administration.

 

Aider le peuple

« La plupart d’entre nous sommes arrivés longtemps avant la guerre. Certains ont des papiers, d’autres des cartes de séjour. Malgré tout, nous essayons d’aider le peuple syrien comme nous pouvons » confie Samar Diab.

Cette dernière précise également : « Hala a été réfugiée, d’autres ont été prisonniers du temps d’Hafez al Assad, le père ! ». Les membres de Souria Houria ont donc vécu ces difficultés, mais ont aussi de la famille qui vivent ces moments compliqués, aujourd’hui, en Syrie…

 

Le K.O

« C’est une situation de K.O à Damas. N’importe quand, n’importe où on peut se faire tuer. On vit dans la peur ! » explique Samar Diab. Une situation de danger permanent de laquelle a pu s’extirper une partie de sa famille : « La moitié de ma famille est à Montréal, mais ma mère et ma sœur vivent encore là-bas ».

A l’heure où les membres du G8 ne sont toujours pas parvenus à un accord pour une intervention en Syrie, surtout dû à l’immobilisme du président russe Vladimir Poutine, l’association Souria Houria travaille pour que ce conflit ne soit pas oublié trop vite.

« L’art pour la liberté en Syrie » du 19 au 22 juin à l’Institut des Cultures d’Islam, Paris 18ème arrdt.

F. Duhamel

 

Source : http://www.lecourrierdelatlas.com/501919062013De-l-art-pour-ne-pas-oublier-la-Syrie.html

Date : 19/6/2013



Inscrivez-vous à notre newsletter