De retour du Liban

Article  •  Publié sur Souria Houria le 29 juin 2014

Cher(e)s Ami(e)s,

De retour du Liban où j’ai eu l’opportunité de rencontrer des réfugiés et activistes syriens, je vous écris afin de vous faire part de projets de soutien à la population syrienne en grande détresse. Etant hors du pays et de la région, on se trouve souvent incertain quant aux projets sérieux qui offriraient une option de soutien réel à cette population qui souffre tant, à mesure que le pays plonge dans l’horreur.
Des générations entières d’enfants se retrouvent sans accès a une éducation de base, sans parler des blessés, déplacés et démunis divers. J’ai eu l’opportunité de visiter les camps de réfugiés de la Bekaa, d’y discuter avec les familles de réfugiés, de rendre visite à des centres d’éducation et de convalescence pour les blessés provenant de l’intérieur, et de rencontrer des jeunes hommes et jeunes femmes extraordinaires qui ont fui le pays, la plupart après y avoir subi la torture et la répression. Vous trouverez ci-après une liste de projets qui méritent. à mes yeux, d’être soutenus. J’ai pu constater par moi-même de leurs activités et du sérieux de leurs projets. Je joins ainsi les photos prises sur place la semaine dernière qui vous donneront une idée précise des personnes et projets respectifs (merci de bien vouloir ne pas diffuser les photos). Je joins aussi les brochures explicatives de chaque organisation.
Dans l’éventualité où les photos ne seraient pas toutes supportées, les photos et documents vous parviendront en plusieurs messages. Merci de me contacter si vous souhaitiez soutenir l’un de ces projets, et je vous mettrai directement en liaison avec les personnes concernées.
1) Organisation Basmeh wa Zeitouneh: https://www.facebook.com/basmehzeitooneh
Une organisation fondée par des Syriens, Palestiniens et Libanais très efficace en terme de scolarisation et soutien à l’emploi des femmes réfugiées. Outre un atelier pour le travail artisanal des femmes (voir photos du beau travail de crochet et taies de coussin), l’organisation a fait construire une école pour enfants Syriens et Palestiniens de Syrie, âgés de 4 a 14 ans, dans le camp de Chatila a Beyrouth. C’est une école extraordinaire qui réunit Musulmans, Chrétiens, voilées et non voilées, et offre un curriculum accéléré qui permet aux enfants d’êtres intégrés dans les écoles publiques libanaises – et donc leur offre la possibilité d’obtenir un diplôme a la fin de leurs études, ce qui représente actuellement le plus grand obstacle à l’éducation de tous ces enfants. Le professeurs ont été soigneusement sélectionnés parmis une 50aine de candidats et sont souvent d’anciens chirurgiens, ingénieurs provenant de toutes les régions de Syrie. Les photos jointes vous montrent les classes et enfants. Le financement de cette école cessera a partir d’août prochain car l’organisation qui en est le principal bailleur cessera de verser des fonds. Si nous ne trouvons pas de financement, l’école cessera d’exister. Les coûts annuels se montent approximativement a 250,000 USD par année. Un projet d’école à la Beqaa est aussi mis entre parenthèses depuis le retrait des principaux financements. Le coût annuel en serait de 140,000 USD.
2) Centre for Education and Relief (dans la Beqaa):
Cette organisation accueille les blessés syriens de toutes confessions et toutes affiliations qui nécessitent une période de convalescence et de repos. J’ai pu y rencontrer des civils blessés par les bombardements de l’armée a Kalamoun (notamment l’homme barbu avec les béquilles dans la photo, un civil qui a assisté à la mort de ses deux fils, tués par les « barrel bombs »  de l’armée), ainsi que des opposants armés de la FSA et autres groupes a l’intérieur du pays qui ont été blessés durant les combats. Le Centre se targue d’accueillir tout blessé nécessitant des soins post-opératoires et mobilise les fonds et les moyens afin de les réunir avec leur famille et leur permettre de repartir d’un meilleur pied. La jeune femme paralysée dans la photo est une infirmière de 28 ans du camp de Yarmouk à côté de Damas, blessée par un sniper. Elle était enceinte de son premier enfant qui est décédé huit jours après sa naissance.
3) Le paiement du salaire mensuel d’un chauffeur qui transporte un groupe de huit enfants du camp de réfugiés d’Omariyya (Bekaa) à un autre camp a Bar-Elias afin qu’ils puissent y être scolarisés. Le salaire mensuel de 400 USD est versé pour l’instant pour une durée d’un mois. Sans le versement de ce salaire, et dans l’attente de la construction d’une école dans leur propre camp, les enfants ne pourront plus aller à l’école. Je garantis que toute somme sera versée en mains propres à Abu Wael qui fait 4 voyages par jour car les enfants sont d’âges et horaires différents. Je ne peux décrire la joie de Ghaitha’, âgée de 14 ans, lorsqu’elle apprit qu’elle irait à l’école (voir photos avec Im Adel et ses enfants, dont Ghaitha’ avce le foulard blanc dans le camp de Omariyya de la Bekaa).
4) Pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient aider les populations sous siège a l’intérieur du pays, par l’envoi de fonds qui serviraient UNIQUEMENT à l’achat de médicaments, produits alimentaires, produits agricoles et l’accès aux besoins de base, je suis en contact avec les civils de ces régions du Sud de Damas qui, quoique coupés du monde et subissant les bombardements continus,  se mobilisent et gardent espoir (pour information, ils regardent la coupe du monde de football en direct!). J’ai parlé à des groupes de jeunes de 20-30 ans qui sont extraordinaires. Et pour ceux d’entre nous qui s’interrogeraient sur leurs affiliations, il est bon de rappeler que ces groupes sont de toutes confessions et ouvertement séculiers. Vos contributions iraient directement aux populations civiles par le moyen d’intermédiaires fiables. Il ne s’agirait en aucune façon de soutenir des groupes armés mais de porter secours aux populations civiles de la région de Hajjar al-Aswad. Je peux vous donner de plus amples détails sur demande.
Nous nous sentons souvent impuissants face a la barbarie. Or les Syriens que j’ai rencontrés s’organisent activement et restent actifs et solidaires. Ils offrent un immense espoir pour l’avenir du pays – notre avenir à toutes et à tous.  J’espère que vous saurez leur apporter votre soutien et votre solidarité. 
Avec toutes mes amitiés,
M.D
Basmeh_Chatila_School 2 copy


Abonnez-vous à notre newsletter