Déclarations du chef de la Coalition Nationale syrienne à Munich – par Ignace Leverrier

Article  •  Publié sur Souria Houria le 4 février 2013

Au terme de sa rencontre, samedi 2 février, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov, Ahmed Moazz Al Khatib, président de la Coalition Nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition Syrienne, a ainsi résumé sur son site personnel la teneur de ses propos.

Ahmed Moazz Al Khatib

– Le premier complice du meurtre du peuple syrien est le silence international observé depuis 2 ans sur les agissements du régime.

– La communauté internationale ne s’intéresse pas à l’aspect moral de ce qui se déroule en Syrie.

– Certains médias se focalisent sur la longueur de la barbe de quelques révolutionnaires et affectent d’oublier les crimes contre l’humanité quotidiennement commis par le régime.

– Les armes chimiques sont une question aussi déplacée que celle des armes de destruction massive en Irak. Le régime a d’ores et déjà employé toutes sortes d’armes et de bombes prohibées. Pourquoi les gouvernements continuent-ils donc de se taire ?

– S’agissant des minorités, qui d’entre nous pense à ce que ce régime impitoyable a commis au Liban ? Qui y a assassiné des leaders de toutes les confessions ?

– Le peuple syrien est l’un des peuples les plus anciens et sa tolérance historique constitue la meilleur garantie de sa survie.

– Nous sommes un peuple dont la piété cohabite avec la démocratie. Il aime la vie, mais il ne craint pas de mourir quand sa dignité est en jeu.

– Les fusils des révolutionnaires continueront d’être levés jusqu’à ce que le peuple obtienne sa liberté. Mais nous croyons aussi à la parole. C’est pour cela que nous appelons à une négociation pacifique sur le départ du régime.

– La peur du vide est un fantasme. C’est la poursuite des agissements du régime qui provoque le vide et la ruine.

– Dans son dernier discours partisan, la tête du régime a déclaré son hostilité à tout le peuple syrien, affirmant qu’il n’y avait ni opposants, ni révolutionnaires, ni personne d’autre que lui en Syrie.

– Nos forces enregistrent des succès et des gains sur le terrain. Malgré cela, pour montrer nos bonnes intentions et notre volonté de prévenir davantage de sang, de ruine et de destructions, nous affirmons que nous sommes prêts à nous asseoir pour négocier avec des délégués du régime n’ayant pas été impliqués dans les crimes et ayant compétence pour ce faire.

– Nous réclamons du régime, en qui nous n’avons guère de confiance, qu’il manifeste lui aussi ses bonnes intentions en libérant 160 000 détenus et en facilitant certaines procédures.

– Nous demandons en même temps à tous les gouvernements et à tous les peuples de mettre en œuvre les moyens à leur disposition pour faire cesser les massacres épouvantables et obtenir la levée du blocus imposé aux villes de Syrie.

– Abandonner le peuple syrien à son drame aura des répercussions plus graves pour l’ensemble de la région, je dis bien pour l’ensemble de la région, que toute arme chimique. Et elles n’épargneront personne.

source : http://syrie.blog.lemonde.fr/2013/02/03/declarations-du-chef-de-la-coalition-nationale-syrienne-a-munich/

date : 03/02/2013



Inscrivez-vous à notre newsletter