Dirigeants des grandes puissances, allez-vous continuer à vous faire instrumentaliser par Bachar Al Assad ? – Communiqué du Collectif Urgence Solidarité Syrie

Article  •  Publié sur Souria Houria le 9 février 2014

Collectif Urgence Solidarité Syrie

 

Chaque jour qui passe fait plonger dans un peu plus d’horreur les Syriens. Trois années de destruction d’un peuple, d’un pays et de son patrimoine culturel.

Samedi et dimanche, 121 personnes ont été tuées à Alep par des barils d’explosifs lancés d’hélicoptères sur les populations.

Après combien de Genève 1-2-3….10, les dirigeants des grandes puissances auront-ils le courage de prendre enfin leur responsabilité ?

Attendront ils encore longtemps que des quartiers d’Alep, de Homs, Hama et Damas où la population soutient l’opposition, soient effacés de la carte comme punition collective ? Cela a un nom, l’épuration ethnique.

Attendront-ils, pour se convaincre d’agir, d’autres rapports, tel que celui qui vient d’être produit par trois procureurs de tribunaux internationaux, identifiant et répertoriant 11 000 prisonniers morts sous des tortures effrayantes ?

Crimes de guerre et crimes contre l’Humanité reconnus par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU et les organisations humanitaires.

Alors que le régime syrien et l’opposition étaient face à face à Genève, quelque 1 900 personnes ont été tuées dans le pays, ce qui confirme ce que l’on savait déjà : le régime de Bachar Al Assad a comme seule intention réelle, pour la résolution de la tragédie syrienne, de continuer à tuer ses concitoyens pour rester au pouvoir.

Dirigeants des grandes puissances, vous ne pouvez continuer à vous dérober. Vous devez au plus vite vous décider à mettre en place une zone d’exclusion aérienne, qui, tout en protégeant les populations des bombardements, permettra de sécuriser des couloirs humanitaires de secours aux populations.

===

Contact presse : urgencesyrie@gmail.com

 source : http://syrie.blog.lemonde.fr/2014/02/07/communique-du-collectif-urgence-solidarite-syrie-2/
date : 07/02/2014


Abonnez-vous à notre newsletter