En Syrie, les exactions du régime dans l’ombre de Daech – par Catherine Gouëset

Article  •  Publié sur Souria Houria le 16 février 2015

Les exactions ultramédiatisées du groupe Etat islamique ont fait sortir du champ de vision la guerre qui se perpétue en Syrie. Le point sur deux théatres de combats dans la région de Damas, Yarmouk et la Ghouta orientale.

Le zèle des djihadistes du groupe Etat islamique (EI) à frapper les esprits est parvenu à occulter la guerre qui se poursuit en Syrie. Le terrible conflit n’en continue pourtant pas moins: La guerre a fait 10 000 morts ces deux derniers mois, portant le bilan du conflit à plus de 210 000 morts en près de quatre ans, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). La moitié des Syriens a été chassée de leur foyer, 20 à 30% ont fui le pays, deux villes majeures ont été rasées. « La progression de l’EI en Syrie a constitué une véritable aubaine pour le régime de Bachar el-Assad« , constate Matthieu Rey, maître de conférences au Collège de France, spécialiste de la Syrie. Combinée à l’indécision des Occidentaux, la focalisation sur les djihadistes a fait sortir la population syrienne de nos écrans radars. En une semaine, pourtant, plus de 140 personnes ont été tuées dans des raids du régime contre la Ghouta orientale. Ce faubourg de Damas, mais également le quartier palestinien de Yarmouk dans la capitale et celui d’El-Ward à Homs sont toujours assiégés par le régime.

 En Syrie, les exactions du régime dans l'ombre de Daech

Douma, dans la Ghouta orientale près de Damas, le 2 février 2015. Plus de 140 personnes ont été tuées dans des raids du régime en une semaine.

Reuters/Bassam Khabieh

Le quartier de Yarmouk, un an après, toujours assiégé



Inscrivez-vous à notre newsletter