Fadwa Suleiman :  » Oui, j’ai de l’espoir, un grand espoir » – Par Céline Lussato

Article  •  Publié sur Souria Houria le 19 avril 2012

18 Avril 2012

Fadwa Suleiman, place du Trocadéro mardi 18 avril pour la "vague blanche". (CL/NO)

Fadwa Suleiman, place du Trocadéro mardi 17 avril pour la « vague blanche ». (CL/NO)

Fadwa Suleiman s’est battue en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad jusqu’à ce que sa présence aux côtés des manifestants à Homs mette leur vie en danger. Parce qu’elle était recherchée, que des opposants étaient inquiétés pour l’avoir cachée, la frêle comédienne a fui et vit, depuis, à Paris. Avec une détermination sans faille, elle poursuit sa lutte.

 

Pourquoi avez-vous participé à la « vague blanche » ce mardi ?

– Pour transmettre un message aux politiciens du monde : les intellectuels du monde entier disent halte au massacre en Syrie.

Ce message s’adresse d’abord aux politiciens français qui n’ont pas encore assez fait, ont fait trop tard, sont encore dans des calculs… et ne soutiennent pas assez le peuple syrien. Les gens de la culture, eux, s’intéressent à ce qui se passe en Syrie. C’est une façon de faire pression sur eux et, plus loin, sur le Conseil de sécurité.

Gardez-vous espoir, alors que la répression se poursuit chaque jour en Syrie ?

– Oui, j’ai l’espoir. Un grand espoir. Quel que ce soit ce que Bachar al-Assad casse, la Syrie ressortira de sous terre. La Syrie, c’est la civilisation, un peuple qui s’est toujours développé sans violence et qui triomphera de la violence. J’ai foi en la Syrie et en le peuple syrien. Je n’ai pas peur.

Nous allons, nous, la Syrie, le pays de la civilisation, de la culture, de l’alphabet, le pays qui a transmis au reste du monde sa civilisation avec Damas la première capitale au monde, nous allons gagner.

Depuis le début, depuis que je suis allée à Homs, mon message est un message d’amour, d’unité, de pardon. On ne peut faire face à un dictateur que par ces moyens. Et je suis sûre que le peuple syrien va gagner. Nous allons renaitre de nos cendres comme le Phénix.

Que peuvent faire les gouvernants du monde auxquels vous vous adressez ?

– On demande que la communauté internationale fasse en sorte, avec toute sa puissance, que la tuerie, que les bombardements s’arrêtent. On travaille aujourd’hui avec Kofi Annan pour que tout cela s’arrête et amène une Syrie démocratique, civile et laïque.

La violence est devenue encore plus acharnée contre le peuple syrien. Tous les peuples le regardent se faire tuer. Mais peut-être que ce peuple nous renvoie à notre propre vérité : si nous sommes vraiment pour la liberté et pour les droits de l’homme et si nous nous arrêtons à seulement regarder ce peuple se faire tuer sans rien faire, alors nous ne sommes pas à la hauteur de nos paroles, de notre idéologie.

Ce sont les Syriens qui, en faisant face à ce régime, montrent à la communauté internationale, qu’ils sont dignes de ce combat qu’ils vont sûrement gagner. La lumière va revenir.

Je suis sortie de Syrie car ma présence devenait dangereuse pour les opposants. Il fallait les protéger. Maintenant, je porte leurs mots. Mais on rêve tous de revenir place Marjeh [place principale de Damas: NDLR] et de fêter notre présence là-bas.

Pour vous, les nations doivent aider, mais comment ? Par une nouvelle résolution amenant le déploiement de nouveaux observateurs onusiens ou en armant les opposants comme certains le demandent ?

– Il faut agir pacifiquement et politiquement, pas autrement. Je suis, et les gens que je connais aussi, contre la militarisation. D’ailleurs, les manifestants ne portent pas les armes. L’armée libre les défend, mais les manifestants souhaitent continuer un combat pacifique.

Vous continuez à appeler les manifestants à descendre dans la rue ?

– Oui, je leur dis de descendre dans la rue, même si j’ai peur pour eux. Car lorsqu’ils descendent, ils risquent de sacrifier leur vie. Mais c’est la seule façon de faire et ils le savent. Et je leur dis aussi de rester pacifiques. C’est ce qu’ils sont en train de faire et ce qu’ils vont continuer à faire.

Source: Le Nouvel Observateur

 



Inscrivez-vous à notre newsletter