La coalition contre l’EI se met en place à Paris par Nathalie Guibert et Yves-Michel Riols

Article  •  Publié sur Souria Houria le 17 septembre 2014

LE MONDE |  • Mis à jour le  |

Par Nathalie Guibert et Yves-Michel Riols

Le chef de l’Etat irakien Fouad Massoum et le président François Hollande, lundi 15 septembre, au ministère des affaires étrangères, à Paris. | AP/Brendan Smialowski

Le chef de l’Etat irakien Fouad Massoum et le président François Hollande, lundi 15 septembre, au ministère des affaires étrangères, à Paris. | AP/Brendan Smialowski

La campagne aérienne française en Irak a commencé, lundi 15 septembre au matin, au moment où le président François Hollande ouvrait, à Paris, la« conférence internationale pour la paix et la sécurité en Irak », en présence de vingt-quatre pays. Les Rafale basés à Abou Dhabi, accompagnés d’avions espions – mais pas de drones, employés au Sahel – ont reçu pour ordre d’effectuer les missions de reconnaissance et de renseignement préalables aux frappes envisagées par Paris contre l’Etat islamique (EI). Ces frappes interviendront dans un second temps. « Soyez prêts à intervenir », a déclaré le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, aux militaires français de la base d’Al-Dhafra, à Abou Dhabi (Emirats arabes unis).

Lire aussi : Qui participe à la coalition contre l’Etat islamique ?

La conférence de Paris vise à jeter les bases d’une coalition internationale pour soutenir l’Irak contre les djihadistes. M. Hollande l’a ouverte en coupant court aux critiques qui contestent la légalité d’une intervention militaire contre l’EI. « Le Conseil de sécurité l’a établi dans sa résolution 2170 [votée le 15 août] : Dae’ch [acronyme arabe de l’EI] constitue un danger immense pour la sécurité internationale », a-t-il souligné. « Le combat des Irakiens contre les terroristes est aussi le nôtre, a-t-il poursuivi. Nous devons nous engager ensemble à leurs côtés, clairement, loyalement et fortement (…). Il n’y a pas de temps à perdre. » Le volet militaire de l’intervention sera mené sous le commandement des Etats-Unis. La France veut s’y joindre tout en gardant son autonomie dans le renseignement et la liberté de choisir ses cibles. Le Pentagone n’a pas encore communiqué la planification américaine à son allié.

« APPORTER AUX AUTORITÉS IRAKIENNES UN SOUTIEN POLITIQUE » 

Pour le président français, la réunion de Paris « a un seul objectif : apporter aux nouvelles autorités irakiennes le soutien politique qui leur est nécessaire pour lutter contre une menace majeure qui s’appelle Dae’ch, et qui fait aujourd’hui peser sur l’Irak, sur la région du Moyen-Orient et sur le monde, un risque majeur. » Une menace dont le « lâche assassinat »de l’otage britannique David Haines, dont les djihadistes ont filmé et diffusé samedi l’exécution, est « une illustration effrayante s’il en fallait une », a insisté M. Hollande. Le président irakien Fouad Massoum a qualifié les « massacres et crimes » de Dae’ch de « génocide » et de « purification ethnique »« Ces crimes sont l’expression d’une pensée obscurantiste et sanguinaire », a-t-il ajouté.

La durée et l’ampleur de la participation française aux opérations militaires aériennes doit être décidée par M. Hollande dans les jours qui viennent, après le retour prévu mardi de son ministre de la défense, en visite aux Emirats arabes unis (EAU) et en Egypte. « Nous serons en situation de frapper d’ici plusieurs jours si le président l’ordonne », précise-t-on à la défense.

Les moyens français basés aux EAU seront renforcés ; ils comptent actuellement six Rafale et 800 hommes. Autre certitude : Paris dit s’engager « dans la durée » auprès des peshmergas kurdes, à qui sont donnés des armes et des formateurs. A la différence de l’Allemagne, la France ne compte cependant pas, pour l’heure, leur livrer de missiles antichars pour ne pas froisser l’allié turc.

Un sujet lourd reste à trancher, la question d’un « droit de suite » des opérations contre l’EI en Syrie. Elle est étudiée à Paris, tant pour frapper les djihadistes – « militairement, on connaît, c’est quadrillé », assure une source de la défense à Paris – que pour aider davantage et avec efficacité l’Armée syrienne libre (ASL), la branche modérée de la rébellion contre le régime de Bachar Al-Assad, ce qui n’a pas été réussi jusqu’à présent. « Il faut soutenir ceux qui peuvent négocier et faire les compromis nécessaires pour préserver l’avenir de la Syrie », a affirmé M. Hollande. « Ce sont les forces de l’opposition démocratique », a-t-il relevé.

LE RÈGLEMENT DE LA GUERRE PASSE PAR L’IRAN

Le règlement de la guerre, tant en Syrie qu’en Irak, passe par l’Iran, le principal allié des régimes de Damas et de Bagdad. Or, Téhéran est le grand absent de la conférence de Paris. La France était favorable à une participation, mais les Etats-Unis, ainsi que les principales puissances régionales sunnites, l’Arabie saoudite en tête, y étaient fortement opposés.

Les Etats-Unis et l’Iran sont pourtant aujourd’hui des alliés objectifs dans la lutte contre l’EI ; Washington bombarde ses positions en Irak, et Téhéran est fortement engagé auprès de l’armée irakienne et des milices chiites qui se battent contre les djihadistes. Le conflit irakien a brouillé les cartes, replaçant l’Iran au cœur de toutes les crises majeures de la région, de l’Irak à la question nucléaire, au sujet de laquelle les négociations doivent reprendre, jeudi à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

Entre Paris et Washington, le renversement de position est total. La France joue l’ouverture avec l’Iran en Irak, comme en a témoigné la visite de M. Hollande, vendredi, à Bagdad, la première d’un chef d’Etat occidental depuis l’investiture du nouveau gouvernement. Mais elle continue d’afficher une ligne dure à l’égard de Téhéran sur le nucléaire. Les Etats-Unis affichent une posture inverse sur ces deux questions.

En ratissant large sur l’ordre du jour – l’humanitaire, le sécuritaire et la reconstruction de l’Irak –, la réunion de Paris permet d’afficher un vaste front commun. Mais l’essentiel reste à déterminer : la répartition des rôles – le secrétaire d’Etat américain John Kerry a annoncé que des pays arabes pourraient participer aux frappes aériennes, sans préciser lesquels – et la finalité de l’opération. Frapper l’EI, jusqu’où et jusqu’à quand ?

La France veut être présente, en conservant un pilotage politique. « On ne peut pas lutter contre l’EI uniquement avec des bombardements », souligne-t-on dans l’entourage de M. Hollande. La conférence de Paris ne sera que « le premier jalon pour poser les principes et recueillir les engagements », insiste cette source. La campagne contre les djihadistes va« durer des années ».

L’otage britannique David Haines décapité par l’EI

—————————————————-

Les djihadistes de l’Etat islamique (EI) « ne sont pas des musulmans, ce sont des monstres », a déclaré dimanche 14 septembre le premier ministre britannique David Cameron, après la diffusion, samedi, d’une vidéo montrant la décapitation de l’otage David Haines, et sur laquelle l’EI menace un autre citoyen britannique retenu par le groupe, Alan Henning. Le chef du gouvernement, qui s’exprimait à l’issue d’une réunion de crise, a promis que son pays « traquerait les responsables, quel que soit le temps nécessaire » pour venir à bout de la menace. « Ils tuent et massacrent des milliers de personnes – des chrétiens, des musulmans, des minorités, en Irak et en Syrie », a ajouté M. Cameron. « Ils disent le faire au nom de l’islam. C’est un non-sens. L’islam est une religion de paix. » Le Royaume-Uni n’a pas précisé s’il participerait à des frappes contre l’EI en Irak. « Les Etats-Unis mènent une action militaire directe. Nous les soutenons. (…) Mais il n’est pas question de déployer des forces combattantes au sol », a précisé M. Cameron.

—————————————————-

Source : http://abonnes.lemonde.fr/international/article/2014/09/15/la-coalition-contre-l-ei-se-met-en-place-a-paris_4487636_3210.html



Inscrivez-vous à notre newsletter