La fuite des cerveaux, un autre visage de la crise syrienne

Article  •  Publié sur Souria Houria le 3 avril 2013

Un nouveau rapport s’inquiète de la prise pour cible du personnel de santé syrien et de la fuite des cerveaux.

Le système de santé syrien souffre d’une absence de main d’oeuvre de plus en plus alarmante. Selon un rapport (pdf) de la Commission internationale indépendante d’enquête sur la Syrie publié en mars, les personnels de santé et les hôpitaux syriens seraient « délibérément pris pour cible et assimilés à des objectifs militaires« . Alors que le conflit syrien entame sa troisième année, cette stratégie de guerre inquiète les observateurs.

Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), parue fin novembre 2012, confirme cette inquiétude. D’après elle, les neuf psychiatres du pays et la moitié des médecins de la ville de Homs auraient fui à l’étranger, laissant le pays dans une situation de pénurie de soins catastrophique.

Mais la perte de chirurgiens et de personnel qualifié dans les hôpitaux syriens n’est qu’un exemple du manque de main d’oeuvre global sur place. A ce jour, plus d’un million de Syriens a quitté le pays. Cette fuite des cerveaux met à mal de nombreux secteurs de la société syrienne, notamment la bureaucratie, les établissements d’enseignement et les usines.

Des experts, tels Radhouane Nouicer, coordinateur humanitaire régional en Syrie interrogé par l’IRIN, redoutent qu’à l’heure de la reconstruction, les compétences des professionnels absents manquent cruellement au pays.

L’IRIN a recueilli des témoignages de Syriens en exil, souvent bloqués dans les camps de réfugiés des pays voisins par manque d’obtentions de visa pour l’Europe ou les pays du Golfe. En attendant de pouvoir retourner dans leur pays, de nombreux professionnels qualifiés syriens travaillent au service des écoles ou des centres de soins de santé dans les camps d’aide humanitaire.

D’autres racontent être partis depuis longtemps, encore avant le début des manifestations, par manque de possibilités de travail. Certains, enfin, n’arrivent pas à se résoudre à quitter la Syrie et ont créé des projets d’aide sur place.

source : http://www.youphil.com/fr/article/06350-fuite-des-cerveaux-syrie-crise-sante?ypcli=ano

date : 03/04/2013



Inscrivez-vous à notre newsletter