Le président de la Coalition Nationale syrienne accepte sous condition de dialoguer avec le régime – par Ignace Leverrier

Article  •  Publié sur Souria Houria le 30 janvier 2013

Le cheykh Ahmed Moazz Al Khatib, président de la Coalition Nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition Syrienne, a diffusé, le 30 janvier 2013, une lettre dans laquelle il affirme être prêt, sous condition, à siéger et à entamer un dialogue avec des représentants du régime.

Ahmed Moazz Al Khatib

Publiée par le site d’information en ligne All4Syria, sa lettre se lit ainsi :

« J’ai appris par les médias que le pouvoir syrien invitait l’opposition à dialoguer, qu’il avait mandaté le chef du gouvernement pour mettre en œuvre ce projet, et que, dans ce contexte, le ministre de l’Intérieur du régime appelait les dirigeants de l’opposition à rentrer en Syrie.
 
Je déclare ouvertement que je ne fais aucune confiance à ce pouvoir. Il tue les enfants. Il attaque les boulangeries. Il bombarde les universités. Il détruit les infrastructures du pays. Il massacre des innocents. La dernière tuerie en date, commise le 29 janvier à Alep, a été d’une sauvagerie qui n’est malheureusement pas sans précédent. Il imagine ainsi terroriser la nation. Mais celle-ci n’a pas peur de la mort et elle aspire à mourir en martyre.
 
La révolution se poursuivra. Il n’est plus possible de chercher à gagner du temps. Mais, compte-tenu de la gravité de la situation qui affecte les citoyens syriens, il faut démontrer ses bonnes intentions et rechercher une issue politique à la crise. Pour organiser l’étape intérimaire qui permettra d’épargner davantage de sang, je déclare donc être prêt à siéger directement avec des représentants du régime syrien au Caire, à Tunis ou à Istanbul. Personne n’a le droit de faire de la surenchère sur la liberté pour laquelle notre peuple a d’ores et déjà acquitté un prix immense en terme de vies humaines. C’est pourquoi je propose au peuple syrien, avant de m’asseoir à la même table que des représentants du pouvoir, deux conditions préalables essentielles  :
 
1 / la libération des 160 000 Syriens détenus dans les prisons du pays, et en premier lieu des femmes, des citoyens retenus dans les geôles des moukhabarat de l’armée de l’air et des prisonniers de Sadnaya ;
 
2 / l’envoi de consignes à toutes les ambassades du régime leur enjoignant de renouvelerpour deux ans minimum ou d’attribuer de nouveaux passeports à l’ensemble des Syriensdont les documents de voyage sont aujourd’hui périmés.
 
Ahmed Moazz Al Khatib
Président de la Coalition Nationale
30 janvier 2013

source : http://syrie.blog.lemonde.fr/2013/01/30/le-president-de-la-coalition-nationale-syrienne-accepte-sous-condition-de-dialoguer-avec-le-regime/

date : 30/01/2013



Inscrivez-vous à notre newsletter