Les huit critères pour la solution politique en Syrie

Article  •  Publié sur Souria Houria le 18 février 2013

Déclaration de la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syriennes : 

L’Assemblée Politique Provisoire de la Coalition Nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition Syriennes s’est réunie au Caire le jeudi 14 février 2013, en présence de tous ses membres, pour discuter des dernières évolutions, sur le terrain, comme politiques, Après avoir étudié les changements intérieurs, régionaux et internationaux, l’Assemblée Politique de la Coalition Nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition Syriennes, dans son souci d’ alléger les souffrances  du peuple syrien, de protéger son unité nationale, d’éviter à notre pays les malheurs de la destruction à laquelle le régime criminel s’emploie, d’empêcher les interventions extérieures et leurs risques, considère que les critères de la solution politique doit se reposer sur les points fondamentaux suivants :

1) satisfaire les revendications de la révolution du Peuple syrien de justice, de liberté, et de dignité; épargner le plus possible de vies syriennes, éviter au pays davantage de destruction, de dégâts et de risques; préserver l’unité de la Syrie géographique, politique, sociale, pour permettre une transition vers une démocratie civile et non confessionnelle, qui garantit l’égalité entre tous les Syriens.

2) Bachar El Assad et les dirigeants de ses services de sécurité et militaires, resposnables des décisions qui ont conduit le pays à la situation actuelle sont exclus du processus politique et ne peuvent faire partie d’aucune solution politique en Syrie; ils doivent être jugés pour les crimes qu’ils ont commis.

3) La solution politique et l’avenir de notre pays que nous souhaitons concerne tous les Syriens, y compris les membres honnêtes institutions de l’Etat, du parti Baath, et de l’ensemble des forces politiques, civiles et sociales, qui ne se sont pas compromis dans des crimes contre les enfants du Peuple syrien, et que Bachar et les Etats majors de son régime ne peuvent représenter

4) Toute initiative reposant sur ces critères doit avoir une durée déterminée et un objectif clair et public.

5) Les pays membres au Conseil de Sécurité, en particulier la Russie et les Etats Unis d’Amérique, doivent assurer surveillance internationale appropriée et les garanties suffisantes pour rendre ce processus réalisable, adopter l’accord qui peut en découler par une résolution impérative du Conseil de sécurité de l’ONU

6) Nous attendons de la Fédération de Russie qu’elle transforme les déclarations de ses responsables sur leur renoncement au maintien de Bachar El Assad en mesures concrètes.  Tout accord russe avec les Syriens doit être conclu par l’intermédiaire de représentants légitimes et réels du peuple syrien. Tout accord de ce type ne peut être réellement mis en oeuvre, tant que la famille El Assad et les dirigeants de son régime restent au sommet du pouvoir.

7) La direction iranienne doit comprendre que sa politique de soutien à Bachar El Assad porte en elle les risques de l’éclatement d’un conflit confessionnel dans la région. Celà ne sera dans l’intérêt d’aucune partie. L’Iran doit prendre conscience que Bachar El Assad et son régime n’ont plus aucune chance de rester et qu’il leur est impossible de vaincre la volonté du Peuple.

8) Nos amis et nos frères doivent comprendre que la porte de la solution politique qui sauve les vies, assure la stabilité et permet de maintenir les institutions de l’Etat, ne sera ouverte que par un changement des rapports de forces sur le terrain. Celà signifie qu’il faut fournir à la Coalition nationale des Forces de la Révolution et de l’opposition syriennes et à l’Etat major joint tous les moyens nécessaires.

Que Dieu accueille les martyrs de notre révolution, et victoire à notre grand peuple résistant.

Traduit pour Souria Houria par Francoise Clement  & Rafif Rifaï

Source : http://all4syria.info/Archive/70928

 15/2/2013 Date



Inscrivez-vous à notre newsletter