Lettre ouverte à Monseigneur Bechara Rai, Patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient – Samir Seurat

Article  •  Publié sur Souria Houria le 12 septembre 2011

Monseigneur,

J’ai lu avec stupéfaction vos récentes déclarations lors de votre visite en France,
votre premiere visite à l’etranger en tant que Patriarche maronite. Au cours des
derniers jours, vous avez demandé que l’on donne « une chance au Président Assad »
qui aurait entrepris des reformes. Vous avez exprimé vos craintes que les dictatures
arabes qui tombent, notamment en Syrie, soient remplacés par une situation
défavorable aux chrétiens en citant comme exemple l’Iraq ou vous notez que des
chrétiens on été tués dans leurs églises.
Chrétien libanais, jusque là fier de cette appartenance que je conçois comme une
richesse, j’avoue ne pas comprendre votre démarche.
Je souhaite vous rappeler que la vraie place des chrétiens d’Orient est d’être à la
pointe des combats pour la démocratie et des Droits humains dans cette région du
monde et en aucun cas de servir de paravent à des régimes criminels. L’Exhortation
Apostolique pour le Liban l’établit: Afin que la paix règne au Liban et dans la région,
et que le progrès puisse bénéficier à tous, j’exhorte les Autorités et l’ensemble des
citoyens libanais à mettre tout en oeuvre pour que les droits de l’homme, éléments
fondamentaux du droit positif antérieurs à toute constitution et à toute législation d’un
Etat, soient pleinement respectés, spécialement dans l’administration de la justice et
dans les garanties auxquelles ceux qui sont accusés et en détention ont
légitimement droit.
Certes les chrétiens syriens peuvent librement prier dans leurs églises aujourd’hui
mais en quoi cela justifierait-il qu’ils soient les victimes d’une régime totalitaire qui tue,
torture et emprisonne ceux qui expriment un avis différent, qu’ils soient chrétiens ou
musulmans? Notre ambition de chrétiens d’Orient se réduit-elle à être des citoyens
de seconde zone, qui ne participent pas à la vie de la Cité et qui tolèrent tous les
abus et les injustices pour peu que le régime en place n’assassine pas dans les
églises ? Notre seule ambition de chrétiens d’Orient est elle d’être une petite
minorité, insignifiante mais libre de prier?
Je ne le crois pas et il est très dommage que vos dernières déclarations le laisse
penser. La véritable raison d’être des chrétiens d’Orient est d’être à la pointe du
progrès et de la défense des valeurs humaines et chrétiennes dans cette région du
monde. Sinon, la présence chrétienne en Orient n’est plus qu’un reliquat du passé,
appelé à disparaître.
Si besoin était, l’Exhortation Apostolique pour le Liban nous confirme l’importance de
cet engagement: Je voudrais insister sur la nécessité pour les chrétiens du Liban de
maintenir et de resserrer leurs liens de solidarité avec le monde arabe. Je les invite à
considérer leur insertion dans la culture arabe, à laquelle ils ont tant contribué,
comme un lieu privilégié pour mener, de concert avec les autres chrétiens des pays
arabes, un dialogue authentique et profond avec les croyants de l’Islam. Vivant dans
une même région, ayant connu dans leur histoire des heures de gloire et des heures
de détresse, chrétiens et musulmans du Moyen- Orient sont appelés à construire
ensemble un avenir de convivialité et de collaboration, en vue du développement
humain et moral de leurs peuples.
Je peine à retrouver cette exhortation à l’engagement dans vos déclarations récentes
et c’est bien dommage.
Le Patriarcat Maronite s’honorerait à afficher clairement son soutien à l’émergence
d’un Orient démocratique où les chrétiens ont toute leur place et pour la naissance
duquel ils doivent engager toutes leurs énergies.
Les révolutions arabes sont une formidable espérance pour les chrétiens et les
musulmans de cette région. Certes, une période d’incertitude s’ouvre et certaines
craintes sont fondées et nous devons y être attentifs. Mais c’est justement en
s’engageant corps et âmes dans ce processus et en faisant entendre leur message
que les chrétiens pourront éviter que les forces de l’extrémisme ne dominent et
travailler à ce que prévalent les valeurs humaines auxquelles les chrétiens tiennent
tant.
Un grand homme de Dieu confronté, lui aussi, à la répression et la torture de son
peuple a répondu, le 22 octobre 1978, place Saint-Pierre: « N’ayez pas peur! » Cette
injonction de Jean Paul II devrait vous faire réfléchir.
Jean Paul II poursuit: « Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ à sa
puissance salvatrice, ouvrez les frontières des États, des systèmes politiques et
économiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation et du
développement ». C’est de cet appel que vous devriez vous faire l’écho aujourd’hui
plutôt que de choisir le camp de la frilosité, de la peur voire de la complicité.
Plus proche de notre région, il y a aujourd’hui cent ans, la Nahda arabe était portée
par des chrétiens de Boutros Al-Boustani à Francis et Maryana Marrash en passant
par Gebran Khalil Gebran et bien d’autres. Les chrétiens d’Orient peuvent être fiers
de cet héritage qui ne demande qu’à être ravivé. C’est dans cet esprit que mon fils a
été baptisé Gebran. Dans quelques années, il me demandera, « Papa qu’a fait notre
Église quand les dictatures arabes tiraient à balle réelle sur des manifestants
demandant leurs droits? » C’est couvert de honte que je lui répondrai: « Rien. Elle a eu
peur ». Et vous, Monseigneur, aurez-vous honte?

Samir Seurat, 08.09.2011

PS: Vous avez mentionnée l’assassinat de chrétiens dans des églises en Iraq pour
souligner les risques encourus lors de changements de régime. L’assassinat de
chrétiens dans des églises est effectivement insupportable; musulmans, shabaks et
autres ont aussi été tués dans leurs lieux de prière et cela n’est pas moins
insupportable. Je trouve extrêmement dérangeant que dans votre déclaration vous
faites uniquement référence aux chrétiens morts dans les églises. Sommes-nous de
retour vers les années médiévales ou l’Église considérait l’assassinat de nonchrétien
plus tolérable que celui des chrétiens?

 

Cette lettre est une réponse à l’article : Le patriarche d’Antioche redoute une transition en Syrie et défend Assad  http://www.terra.net.lb/wp/Articles/DesktopArticle.aspx?articleId=594733&channelId=44 publié le 9 septembre 2011



Inscrivez-vous à notre newsletter