L’offensive russe risque de bouleverser le paysage politico-militaire du nord de la Syrie

Article  •  Publié sur Souria Houria le 6 février 2016

Fuir avant que le piège ne se referme. Fuir pour ne pas connaître le sort de la vieille ville d’Homs, ­assiégée et affamée pendant des mois.
 
Jeudi 4 Février 2016, paniqués par le déluge de feu auquel l’aviation russe soumet la région d’Alep et par l’avancée éclair des troupes gouvernementales au nord de cette ville, plusieurs milliers de ses habitants ont pris la route de l’exode. Déjà pris en étau à l’est et au sud, les quartiers orientaux d’Alep, aux mains des insurgés depuis juillet 2012, voient leur horizon se rétrécir encore un peu plus, les forces loyalistes ayant coupé l’axe qui les reliait à la Turquie, par la ­frontière nord.
 
« Alep est menacé d’encerclement total », s’écrie Jamal Jneïd, un employé du conseil révolutionnaire de la ville, joint par skype en Turquie. Les gens s’échappent par la route de l’ouest, en direction d’Idlib, qui est la seule voie encore ouverte. « J’ai peur que, dans deux ou trois jours, l’est d’Alep soit totalement vide. Les combattants se préparent à être assiégés ».
Des Syriens fuient vers Azaz, au nord d’Alep, après des frappes russes sur les positions rebelles, le 4 février.
Vendredi 5 Février 2016, vingt mille civils, fuyant l’offensive dans cette province, étaient bloqués du côté syrien de la frontière, au niveau du poste-frontière de Bab al Salama. De cinq mille à dix mille autres ont été déplacés vers la ville d’Azaz, non loin de ce point de passage fermé, selon l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) de l’Organisation des Nations Unies (ONU). La situation humanitaire, déjà catastrophique, ne cesse de s’aggraver, quarante mille habitants de la province d’Alep ayant pris la route de l’exode en direction de la frontière turque.
 
C’est un tournant de taille et peut-être même décisif, dans la guerre qui fait rage en Syrie ­depuis cinq ans. En opérant la jonction, Mercredi 3 Février 2016, avec les ­défenseurs de Zahraa et Nubul, deux villages chiites assiégés depuis trois ans par des brigades ­islamistes, dont le Front al Nosra, la branche syrienne d’al Qaida, les troupes loyalistes, arrivées de l’est, ont porté un rude coup aux rebelles du nord de la Syrie. Cette percée, la plus probante depuis le début des frappes russes, au mois d’octobre 2015, a été facilitée par l’enrôlement dans les rangs du régime de milliers de miliciens chiites, libanais, irakiens, afghans et iraniens.
 
Les rebelles risquent de se ­retrouver d’ici quelques semaines acculés dans leur bastion d’Alep et dans l’incapacité de faire venir des armes depuis la ­Turquie, l’un de leurs principaux parrains dans la région. « C’est exactement ­l’objectif recherché par les russes », affirme Walid Charara, membre du centre de recherches du Hezbollah, le mouvement chiite libanais qui combat aux côtés du ­régime de Bachar al Assad. « Moscou veut casser l’axe saoudo-turc qui avait permis aux rebelles de conquérir au printemps dernier les villes d’Idlib et de Jisr al Choughour ».
 
« Coup d’accélérateur »
 
Pour ce faire, l’armée russe a porté à un nouveau paroxysme la tactique de la terre brûlée qu’elle applique à la lettre depuis quatre mois. Selon un expert onusien, « le rythme des frappes a augmenté de vingt cinq pour cent à trente pour cent ces ­derniers jours », une période qui coïncide avec les pourparlers de paix organisés sous l’égide de l’ONU à Genève et suspendus Mercredi 3 Février 2016. Le lendemain, l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), qui tient depuis cinq ans la chronique de la guerre civile syrienne, comptabilisait cent trente frappes russes, qui ont fait vingt et un morts à Alep, tous civils.
 
Sur l’ensemble du mois de janvier 2016, le Syrian Institute for Justice and Accountability (SIJA) a ­calculé que les Soukhoï de ­Moscou ont tiré mille cent treize missiles sur la province d’Alep. Cette Organisation Non Gouvernementale (ONG) ­syrienne, installée à Gaziantep, dans le sud de la Turquie, estime que, pendant la même période et dans la même région, les avions russes ont aussi largué soixante bombes à fragmentation, une arme interdite par les conventions internationales. 
 
Des attaques qui ont fait deux cent soixante six morts et s’ajoutent à celles menées par l’aviation ­syrienne, fatales à cent vingt quatre personnes.
 
Comme c’est le cas depuis le mois d’octobre 2015, les raids russes ont visé aussi bien des positions militaires rebelles que des zones ­résidentielles ou des infrastructures civiles, comme des hôpitaux, huit touchés pendant le mois de janvier 2016 selon le SIJA, ou des écoles, six touchées. Plusieurs fois bombardé par le passé, le centre médical ­d’Anadan, l’un des derniers ­encore en service dans le nord d’Alep, a été définitivement détruit par une frappe, Dimanche 31 Janvier 2016. Le même jour, le camp de déplacés d’Aubin, sur la frontière avec la Turquie, a lui aussi été bombardé.
 
Des dizaines de milliers de syriens supplémentaires convergent désormais vers les postes-frontières de Bab al Hawa et de Bab al Salama, dans l’espoir que la Turquie se décide à rouvrir sa frontière, verrouillée depuis l’automne. Seule une minorité des frappes russes a ciblé l’Etat Islamique, ­pourtant présente dans le gouvernorat d’Alep et alors même que l’intervention de Moscou était censée la viser en priorité. « La puissance de feu de l’aviation russe a donné un coup d’accélérateur à la stratégie d’épuration du régime de Bachar al Assad », commente sur twitter l’analyste Charles Lister, spécialiste des mouvements djihadistes.
 
Cette offensive en forme de coup de massue risque de bouleverser le paysage politico-militaire du nord de la Syrie.
 
Le Front al Nosra, qui avait évacué Alep il y a un an, sous la pression des ­brigades affiliées à l’Armée Syrienne Libre (ASL), la branche modérée de ­l’insurrection, s’est déjà redéployé en masse sur les pourtours de la ville. Ce sont principalement ses hommes qui tiennent la ligne de front Anadan-Kfar Hamra-Hraytan, à dix kilomètres au sud de Nubul et Zahraa, le dernier ­obstacle à ­l’encerclement d’Alep.
 
Les kurdes, qui tiennent le ­canton d’Afrin, dans le coin nord-ouest de la province d’Alep, pourraient profiter de l’affaiblissement des rebelles pour s’étendre vers l’est. Leur objectif est de s’emparer du tronçon de ­frontière entre Azaz et Jarablus, de façon à rejoindre l’autre enclave kurde de Kobané. Mais sur leur chemin se dressent les djihadistes de l’Etat Islamique, qui pourraient eux aussi bénéficier de la confusion dans les rangs rebelles pour avancer, en direction de Marea, au nord d’Alep.
 
L’inconnue principale réside dans la réaction des deux ­soutiens les plus importants des rebelles, la Turquie et l’Arabie ­Saoudite, défiées frontalement par la Russie. Ces deux pays pourraient être tentés d’acheminer des armes en urgence vers Alep, via le passage de Bab al Hawa. Jeudi 4 Février 2016, sans avancer de preuves, Moscou a accusé Ankara de préparer son armée à entrer sur le territoire syrien. Riyad, pour sa part, s’est dit prêt à participer à des opérations militaires terrestres en Syrie, dans le cas où les Etats-Unis y seraient favorables, une hypothèse hautement ­improbable pour l’instant.


Inscrivez-vous à notre newsletter