Message de Noël d’un chrétien de Damas – message de paix et de solidarité

Article  •  Publié sur Souria Houria le 25 décembre 2011

En ces jours troublés, quel cadeau demander au père Noël? Aurait-il encore des cadeaux à nous offrir?

Le seul cadeau qui me ferait plaisir c’est que tu prennes soin de la santé de mon pays et de ses habitants (je ne dirai pas citoyens car nous ne le sommes pas encore! nous rêvons de le devenir un jour).
La santé des blessés ne pouvant trouver de soins, sauf l’estocade finale donnée au bout du fusil.
Le toit aux déplaces ceux qui ont tout perdus.
La délivrance des détenus dans les geôles.
La santé de ceux qui souffrent du froid et de la faim faisant face à la pénurie de mazout, de gaz et de pain.
L’arrêt total du bain de sang qui menace de submerger tout le pays.
La fin des hostilités et menaces qui convergent de partout.

Noël en famille.
Pourrait-on oublier les familles qui ont perdu un ou plusieurs de leurs membres? la mère de Hamzeh, de Ali, de Dany, de Sari, de Zeinab et de Fadi? Et les mères de tous les martyrs? non je ne les oublie pas. Je te demande de les consoler, de leur dire que nous les aimons toutes, et de les supplier pour qu’ils acceptent de nous prendre pour des fils, des frères et des soeurs. Nous nous prosternons devant le courage et le sacrifice de leurs bien aimés.
Dis aux habitants de Midane que nous les aimons eux aussi. Nous n’acceptons pas de danser, place Bab Touma, alors qu’on ne cesse de tuer des enfants et des adultes à sang froid. Dis leur que nous souffrons avec eux, que le sang de leurs progénitures est aussi cher que celui des nôtres. Nous ne nous suiciderons pas. Nous ne demandons pas de nous protéger de nos compatriotes, soit nous vivons avec eux soit nous mourrons avec eux. Nous demandons la miséricorde et la protection pour eux et pour nous.

Damas est triste à la veille de Noël, elle ne porte pas sa tenue de gala, habituelle pour la fête, car elle ressent la douleur dans ses quatre coins. Pas de balcons décorés dans le quartier chrétien de Damas cette année. Ce sans suivre une consigne de l’église mais c’est un signe de solidarité volontaire avec ceux qui meurent chaque jour à travers le pays.
et qu’en est-il de Homs? de Deraa? de Douma? et de ………….pleins de bourgs et de villes au coeur cassé et blessé……….. tu leur transmettras notre message d’amour et de solidarité.

Et au clergé que diras-tu?
tu leur répéteras à haute voix:
Etre chrétien ce n’est pas être complice de meurtre.
Etre chrétien ce n’est pas être égoïste.
Etre chrétien c’est aimer et savoir aimer, surtout aimer son prochain, son voisin avec qui on partage le pays.

Toi, tu as des forces magiques. Lorsque tu descendras du ciel, peut-tu nous apporter la paix du divin enfant? La paix pour notre mère la Syrie?

Aurais-tu l’amabilité de nous offrir tous ces cadeaux? ou est-ce un lourd fardeau pour toi?

C’est assez qu’on ait vu jusque là! assez de morts et assez d’horreurs!

Je crois en Dieu,
je crois en Dieu l’amour,
Je crois en Dieu espoir

Gloire à Dieu dans le ciel! Grande paix sur la terre!

Que Dieu bénisse la Syrie

Georges de Damas



Inscrivez-vous à notre newsletter