« Partenaire des crimes, Moscou ne peut patronner la paix » en Syrie – par Ignace Leverrier

Article  •  Publié sur Souria Houria le 5 janvier 2015

Pour répondre à « l’initiative russe » qui focalise en ce moment les attentions… à défaut de susciter de l’espoir, les révolutionnaires syriens ont tenu à faire savoir au monde, le vendredi 2 janvier, à travers des rassemblements, des banderoles et des caricatures que, « partenaire des crimes de Bachar al-Assad, les Russes ne peuvent patronner la paix« .

Moscou n'est pas un partenaire pour la paix

===

A Al-Bab, dans le gouvernorat d’Alep, le Conseil révolutionnaire a rappelé « à ceux qui se rendraient à Moscou » en imaginant en rapporter quelque chose, que « les singes ne font pas des gazelles« , autrement dit que les chiens ne font pas des chats… et qu’on ne peut compter sur des criminels pour favoriser l’apaisement et la réconciliation.

Al-Bab (02.01.2015)

===

A Kafr Diyan, dans le gouvernorat d’Idlib, ils ont affirmé que « le soleil de la liberté ne se lèvera pas à Moscou, associée aux crimes du régime, mais en Syrie et de l’intérieur de la Syrie« .

Kafr Diyan (le 02.01.2015)

===

L’insistance sur « l’intérieur » revient dans plusieurs slogans – « la Révolution est partie de l’intérieur, et elle l’emportera grâce aux Syriens de l’intérieur » – comme un avertissement donné aux opposants qui se rendront à l’invitation russe. Ils doivent se souvenir qu’aucune solution ne pourra être mise en oeuvre si elle n’a pas d’abord obtenu le soutien des Syriens qui, dans leur pays, continuent à résister de diverses façons à la volonté du régime d’éradiquer par la force, et non de résoudre par le dialogue, la contestation provoquée en Syrie par la confiscation par une minorité du pouvoir et des ressources.

A Alep...

===

Hier enfin, à Kafrenbel, les habitants indiquaient clairement que, pour eux comme pour une grande partie des Syriens, l’initiative russe n’a pas pour finalité d’instaurer la paix par le dialogue maisavec l’aide de l’Irande sauver Bachar al-Assad de la situation délicate dans laquelle, avec leur soutien, il s’est lui-même placé.

Kafrenbel (03.01.2015)

 

source : http://syrie.blog.lemonde.fr/2015/01/04/partenaire-des-crimes-moscou-ne-peut-patronner-la-paix-en-syrie/

date : 04/01/2015



Abonnez-vous à notre newsletter