Père Francis, Je m’adresse à vous à partir de la ville Homs, la vieille ville, la ville assiégée

Article  •  Publié sur Souria Houria le 23 janvier 2014

Je m’appelle Père Francis.

Je m’adresse à vous à partir de la ville Homs, la vieille ville, la ville assiégée.

Je représente la communauté chrétienne qui se trouve dans cette région.

Nous, Musulmans et Chrétiens, vivons dans des conditions difficiles et pénibles. Et nous endurons beaucoup de problèmes, dont les plus importants est le problème de la faim.

Les gens ne trouvent plus de la nourriture. Et il n’y a pas plus dur que de voir des pères qui errent dans la rue, à la recherche d’une nourriture quelconque pour calmer la faim de leurs enfants.

De plus, un des problèmes les plus durs à vivre, c’est le problème médical : ici, nombreuses sont les personnes qui ont besoin d’être opérées et d’être médicalement suivies. Elles souffrent le martyre depuis fort longtemps ; et endurent.

Il est devenu impossible de continuer à vivre dans des conditions pareilles.

Ce qu’il nous faut, c’est une aide puissante.

Enfin, nous voulons une solution à nos problèmes, après un an et demi et un mois et demi de siège.

L’intervieweur : pensez-vous que la communauté internationale va bouger, ou alors, et quand bien même nous voyant mourir de faim, elle gardera le silence ?

Père Francis : Non… moi aussi je me dis qu’il n’est pas possible pour la communauté internationale, de nous voir dans cet état sans rien faire ; ou que nous-mêmes nous restions sans rien faire, pas uniquement eux. Il nous faut nous tous, participer ensemble pour agir car, nous ne voulons pas être noyés dans la mer de la faim, de la souffrance et de la mort.

Nous aimons la vie et nous éprouvons du plaisir à vivre et nous ne souhaitons pas mourir emportés par la mer de la souffrance et de la mort.

Merci.

Traduit par Léa pour Souria Houria



Abonnez-vous à notre newsletter