Plus que quelques jours avant la guerre ? – Par L’Humanité

Article  •  Publié sur Souria Houria le 1 mai 2012

1 Mai 2012

La situation en Syrie repousse chaque jour les limites de la tension. Les violences, de tout côté, ne cessent pas. Pourtant la réussite du plan Annan, de plus en plus malmené, semble être le dernier recours pour éviter une intervention militaire occidentale, poussée par la France, qui n’amènera que la catastrophe.

Kofi Annan tire sur la corde. Il épuise le dictionnaire des synonymes, jour après jour, il se dit « troublé », « indigné », « choqué », « scandalisé », « révolté », « alarmé »… La situation est aujourd’hui « inacceptable et doit cesser immédiatement. » Le problème est que si le cessez-le-feu prôné par Annan échoue, seuls les belliqueux auront voix au chapitre. Le Conseil national syrien et l’armée syrienne libre auront gagné, d’autres mouvements d’opposition laïques et pacifiques comme le Forum démocratique seront réduits au silence.

  • Plus que quelques jours pour cesser les combats

Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, accuse le régime de Bachar al Assad de violer ses engagements contenus dans le plan de paix. En Syrie, le gouvernement et les rebelles s’accusent mutuellement de violer le cessez-le-feu. Si les combats ne cessent pas, la France envisage de soumettre en mai au Conseil de sécurité un projet de résolution placé sous le chapitre VII de la charte de l’Onu. La même méthode qui a amené à l’intervention militaire en Libye. Ironie du sort, le rapport de Kofi Annan à l’ONU et les interventions éventuelles qui seront décidées le seront le… 5 mai. Et on peut espérer que le 6 mai, Alain Juppé qui brandit de plus en plus haut la hache de guerre depuis plusieurs jours, ne sera plus chef de la diplomatie française. Les Frères musulmans syriens ont appelé à annoncer l’échec du plan Annan, et réclamé la suspension de la Syrie à l’ONU. Ils souhaitent également la guerre, espérant mettre la main sur le pays « libéré ».

  • Attentat non revendiqué, mais qui sert le parti de la guerre comme la rhétorique d’Assad

Tragédie qui vient complexifier encore le cessez-le-feu, un attentat suicide à la bombe devant une mosquée de Damas a fait ce vendredi une dizaine de mort et une trentaine de blessés. Un attentat non revendiqué, mais le régime s’est empressé d’accuser l’opposition composée selon lui de «groupes terroristes soutenus par l’étranger ». Le kamikaze semble effectivement avoir ciblé spécifiquement des militaires et policiers du régime. D’autant que presqu’au même moment, une voiture piégée a explosé à proximité d’une caserne, sans faire de victime. Un autre attentat a eu lieu cette semaine dans la capitale contre un centre culturel iranien, pays chiite et allié de Bachar al-Assad.

Source: http://www.humanite.fr/syrie/syrie-plus-que-quelques-jours-avant-la-guerre-495539



Inscrivez-vous à notre newsletter