« Pour en finir avec Daech, il faut en finir avec Bachar al-Assad »

Article  •  Publié sur Souria Houria le 22 mai 2016

Pour l’écrivain Yassin al-Haj Saleh, une des grandes figures de l’opposition démocratique syrienne, l’idée même que le régime est prêt à négocier est inconcevable.

SYRIE. "Pour en finir avec Daech, il faut en finir avec Bachar al-Assad"

Sociologue et écrivain, Yassin al-Haj Saleh, né à Raqqa en 1961, a passé seize ans dans les prisons de Hafez al-Assad pour son appartenance au Parti communiste. En 2011, il a participé à la révolution syrienne, avant de s’exiler en Turquie, fin 2013. Il vient de publier aux éditions Sindbad-Actes Sud « la Question syrienne ».

Après avoir participé à la révolution syrienne, vous avez été contraint à l’exil en juillet 2013 lorsque votre ville natale, Raqqa, a été prise par l’Etat islamique. L’un de vos frères, Firas, est détenu par Daech. Votre femme, Samira al-Khalil, a été enlevée avec l’avocate Razan Zaitouneh, sans doute par l’organisation Jaish al-Islam dans la banlieue de Damas. Aujourd’hui, comment expliquez-vous le virage fondamentaliste et nihiliste d’une partie de l’opposition à Bachar al-Assad ?

Cette tentation nihiliste en Syrie a été favorisée par trois facteurs. D’abord la violence inouïe du régime d’AssadAssassinatstorturesmassacres, viols, déplacements de populations. La société syrienne est devenue l’exemple même d’une société qui n’a plus confiance en personne et dont (…)



Inscrivez-vous à notre newsletter