Pour l’attribution du prochain prix Nobel de la paix au peuple syrien

Article  •  Publié sur Souria Houria le 19 août 2012

MANIFESTE

pour l’attribution du prochain prix Nobel de la paix
 au peuple syrien

Le peuple syrien s’est soulevé pour substituer dans son pays une culture de la paix à une culture du conflit, de la force, de la corruption, de la division confessionnelle, du mépris des droits de l’homme.

■ La révolte du peuple syrien n’est pas une révolte ordinaire ; elle ne défend pas d’abord des intérêts sociaux ou locaux, voire identitaires, mais elle représente un sursaut de la conscience contre un régime ancré dans la violence sous toutes ses formes à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières ;

■ c’est pourquoi le mouvement populaire syrien a d’abord privilégié la non-violence ; ce sont des poitrines nues qu’il a opposées aux balles et aux chars des forces du régime et à la torture systématique qui n’épargne même pas les enfants ; il a aussi constamment et ardemment voulu l’unité du peuple (wahed ! wahed ! wahed !) contre les clivages confessionnels que le pouvoir a toujours cherché à exploiter ;

■ le peuple syrien s’est trouvé terriblement isolé dans cette lutte qui, près de dix-huit mois plus tard, lui a coûté des dizaines de milliers de morts ; tous les gouvernements ont le devoir de l’aider, mais les sociétés civiles doivent aussi montrer leur solidarité ;

■ mesurons le courage unique de ce peuple qui tient depuis près d’un an et demi dans des conditions épouvantables puisque toute assistance humanitaire est proscrite (médecins, pharmaciens et infirmiers exécutés pour avoir aidé les blessés) et où la famine commence à sévir ;

■ ne restons pas insensibles à tant de souffrances ; et surtout ne laissons pas penser qu’une telle somme de sacrifices restera vaine ; d’ailleurs si la dictature syrienne venait par malheur à l’emporter, la déstabilisation de la région ne manquerait pas de se produire et en Syrie même, le recours à la violence serait l’ultime moyen de protestation d’un peuple qui, pourtant, a montré son adhésion jusqu’aux limites du possible aux moyens pacifiques ;

■ c’est poussés à bout par les actes de barbarie commis sur des enfants, comme Hamza al-Khatib, des femmes et des populations entières massacrées de sang-froid, comme à Houla, que beaucoup de Syriens ont fini par prendre les armes et rejoindre l’Armée Syrienne Libre ;

■ pour autant les combats menés par celle-ci ne doivent pas occulter le fait que, comme Ghiyath Matar – qui exhortait ses compatriotes à la lutte pacifique et fut torturé et tué pour cela-même -, la majorité des Syriens continuent à s’opposer pacifiquement au régime et à en être les victimes ;

■ des jours difficiles attendent le peuple syrien. Lui attribuer le prix Nobel de la paix en témoignage d’admiration pour sa vaillance et sa détermination en faveur de la liberté serait aussi l’inciter à réaffirmer le choix de la non-violence au jour de sa reconstruction ;

■ il est peut-être sans précédent d’accorder le prix Nobel de la paix à un peuple ; on accorde bien des médailles militaires à de villes ; il doit être possible de distinguer la volonté pacifique d’un peuple debout pour sa liberté.

C’est le rôle du Comité du prix Nobel de la Paix. Nous invitons celui-ci, dans ce moment historique, à mettre toute son influence au service de la cause du peuple syrien.

=====

Pour signer ce Manifeste,
rendez-vous à l’adresse : http://www.givethenobelpeaceprizetothesyrianpeople.net/fr/

Vous pourrez alors opter pour une autre langue :
arabe, anglais, espagol et italien… en attendant d’autres traductions.



Inscrivez-vous à notre newsletter