Syrie. Echos de l’assemblée générale de la Coalition nationale (5ème journée) – par Ignace Leverrier

Article  •  Publié sur Souria Houria le 28 mai 2013

La Coalition Nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition Syriennea décidé de prolonger de 48 heures son assemblée générale, de manière à épuiser les sujets inscrits à l’ordre du jour et à se prononcer in fine sur sa participation à la Conférence de paix pour la Syrie dite « Genève 2 ». Elle a également incité l’Union Européenne, dont les ministres des Affaires étrangères devaient se réunir lundi 27 mai à Bruxelles, à lever l’embargo imposé aux livraisons d’armes à destination de l’Armée Syrienne Libre.

Logo de la Coalition nationale

Espérant que les diplomates européens parviennent à s’entendre – ils y sont finalement parvenus au cours de la nuit -, le porte-parole de la Coalition, Khaled Abou al-Saleh, a affirmé que « le peuple syrien continuerait de réclamer des armes, en premier lieu pour assurer sa propre protection ».

Pour Louaï Safi, « la Coalition veut que « Genève 2″ fournisse un cadre de négociation sur le transfert du pouvoir et non un cadre de dialogue avec le régime ». En effet, « nous n’en sommes plus aujourd’hui à parler de dialogue. Nous voulons entrer dans des pourparlers dont l’objectif est le transfert du pouvoir au peuple, c’est-à-dire le changement démocratique. Ce qui signifie, naturellement, qu’al-Assad ne pourra pas faire partie de la Syrie de l’avenir ».

La Coalition a procédé, dans la nuit de dimanche à lundi, à l’élection de 8 nouveaux membres. Il s’agit des personnes suivantes : Abou al-Khayr ChoukriAnwar BadrAyman al-AswadJamal SouleimanMichel KiloFarah al-Atassi – qui aaussitôt annoncé qu’elle ne siégerait pas -, Aliya Mansour et Noura al-Amin. Les trois quarts d’entre eux appartiennent à la liste de Michel Kilo. Ils faisaient partie des22 postulants qui devaient recueillir sur leur nom 42 suffrages.

Ce résultat a provoqué le mécontentement de l’opposant Michel Kilo, qui a accusé la Coalition de « ne pas vouloir saisir les main qui se tendent vers elle ». En signe de protestation, accompagné des membres de sa liste, il a quitté l’hôtel dans lequel se déroulait l’assemblée générale pour s’installer dans un autre établissement. Les ambassadeurs qui suivaient le processus ont fait de même.

Pour ses porte-paroles, « la Coalition a agi dans cette affaire de manière démocratique ». C’est aussi le point de vue défendu par le président de sa commission électorale, Haytham al-Maleh, qui a affirmé que « les blocs ayant promis aux candidats de voter pour eux, c’est-à-dire le Conseil National Syrien et laDéclaration de Damas, n’ont pas tenu leurs engagements ». Selon lui, « des consultations se poursuivent en vue de composer une nouvelle liste regroupant les candidats ayant obtenu plus de 40 voix, de manière à leur offrir une seconde chance de rejoindre la Coalition ».

Pour Ammar al-Qourabi, secrétaire général du Courant du Changement National, « certains membres de la Coalition n’ont pas une autre mentalité que Bachar al-Assad. Nous nous attendions à ce que les Frères Musulmans s’opposent à notre adhésion à la Coalition, mais l’objection est venue d’autres forces qui s’érigent en tuteurs de la révolution ». Il a révélé que « ces forces ont conditionné notre entrée dans la Coalition à notre acceptation de Georges Sabra comme son futur président et de Moustapha al-Sabbagh comme son secrétaire général ».

Ancien président du Conseil National Syrien, Abdel-Baset Sida a dénoncé les pressions internationales qui s’étaient exercées durant les quatre jours précédents sur la Coalition. Elles avaient abouti au contraire de ce qu’elles prétendaient rechercher. Il a en conséquence appelé les Etats régionaux et occidentaux à « comprendre que les Syriens régleront d’autant mieux leurs problèmes qu’ils pourront le faire sans interventions ».

Un échange de propos peu amènes s’est d’ailleurs produit entre Abdel-Ahad Stifo, lui aussi membre du Conseil National Syrien, et l’ancien ambassadeur de France en Syrie. Après être intervenu dans la question de l’élargissement, avoir humilié les représentants du peuple syrien et leur avoir donné des ordres, il avait commenté les résultats du vote en déclarant : « Vous ne méritez pas d’être aidés. Vous n’avez pas de parole. Vous ne tenez ni vos engagements, ni vos promesses. Vous constituez une opposition sans consistance et votre direction est irresponsable ». Ce à quoi l’opposant a répondu : « Cette affaire ne concerne que les seuls Syriens, qui se sont dressés contre celui qui les tyrannisait, réclamant liberté et dignité. Elle ne vous regarde pas. Restez donc à votre place et soyez poli »…

Le Colonel Qasem Saadeddin a indiqué que le Haut Commandement de l’Armée Syrienne Libre dont il est le porte-parole a refusé une offre de la Coalition. Elle lui avait proposé d’accueillir une vingtaine de ses membres qu’elle lui laissait le soin de désigner. Mais les militaires avaient réclamé que la totalité des membres du Haut Commandement, soit une trentaine d’officiers, intègre la Coalition.

===

http://masar.ws/reports/1/181

source : http://syrie.blog.lemonde.fr/2013/05/28/syrie-echos-de-lassemblee-generale-de-la-coalition-nationale-5eme-journee/

date : 28/05/2013



Abonnez-vous à notre newsletter