SYRIE. Les marionnettes qui défient Bachar – Benjamin Roger

Article  •  Publié sur Souria Houria le 27 janvier 2012

Un groupe de jeunes syriens manipulent des marionnettes avec humour pour dénoncer la répression du régime.

C’est une sorte de « Guignols de l’info » version syrienne. Depuis le mois de novembre 2011, de petites marionnettes parodiant Bachar al-Assad et son clan ont fait leur apparition sur la toile. Véritable satire politique, elles dénoncent avec humour les dérives du régime alaouite.

Baptisé « Top Goon, histoires d’un petit dictateur », le projet est l’oeuvre du collectif MasasitMati qui regroupe une dizaine de jeunes artistes syriens. Interrogé par le site Mashallah News, le fondateur, Jameel (1), raconte qu’il cherchait un moyen original et sécurisé pour dénoncer la répression orchestrée par Bachar al-Assad. Son objectif était simple : redonner le sourire aux gens pour qu’ils gardent espoir.

Beeshu, dictateur capricieux et idiot

Divisée en petits épisodes régulièrement postés sur Youtube, la série met en scène Beeshu, un dictateur capricieux et idiot inspiré du président al-Assad. Beeshu est régulièrement défendu par une présentatrice télé pro-régime, surnommée la « Rose de Damas » en référence à l’épouse du dirigeant syrien. Derniers personnages de la série : le « manifestant pacifique », représentant du peuple, et « Shabih », milicien du régime.

Chaque épisode aborde un point spécifique de la révolution syrienne. Torture des opposants, fausses réformes, médias à la botte du pouvoir : tout y passe. Voici un petit aperçu.

Les auteurs de Top Goon puisent leur inspiration dans la rue, en fonction des évènements de la semaine, ou de ce que les gens leur racontent. D’après Jameel, la meilleure source reste Bachar al-Assad en personne. « Parfois nous n’avons même pas besoin d’écrire de script, Bachar le fait pour nous! » ironise-t-il.

Plus de 120.000 vues sur Youtube

Les premiers épisodes ont été tournés clandestinement en Syrie. Mais Jameel et sa troupe se sont rapidement exilés dans un pays voisin. « On n’était plus en sécurité, raconte le marionnettiste en chef. C’était déjà très dangereux de filmer avec un téléphone portable, alors imaginez-nous avec tout le matériel de tournage! Ce n’était plus possible. »

Trois mois après la diffusion du premier épisode, le succès est au rendez-vous. Plus de 120.000 personnes ont visionné les différentes vidéos sur la chaine Youtube du projet. Chaque nouvelle péripétie de Beeshu est annoncée sur la page Facebook et le compte Twitter de MasasitMati. En attendant la prochaine histoire, voilà la dernière, postée le 22 janvier 2012.

(1) Le prénom a été modifié.

 

 Benjamin Roger – Le Nouvel Observateur

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120127.OBS9973/syrie-les-marionnettes-qui-defient-bachar.html



Inscrivez-vous à notre newsletter