Tant que le soleil brille

Article  •  Publié sur Souria Houria le 18 février 2013
Tant que le soleil brille
Aucun père n’apprend, même à ses filles
Comment se servir d’une arme
Comment détruire une âme
Mais il ne brille pas partout au même moment
Ou bien il brille différemment
Avec deux poids et deux mesures
Et les plus faibles perdent à l’usure
Quand il délaisse une partie de la Terre,
L’autre, par peur, s’enterre
Dans l’aveuglement
Et l’ignorance des souffrances
Des peuples qui pleurent
Un mort, c’est un mort
Une mort, c’est une mort
Une morte, c’est une morte
Ce n’est pas un chiffre, c’est un gouffre
De tristesse de déchirement de pleurs
D’incompréhension de vide de tristesse
Et le monde, lui, souffre
La Terre entière
Souffre intérieurement
Il lui faut une justice, maintenant.
Car il n’y a que les tyrans
Pour tuer vieillards, femmes et enfants
Et un jour ils payeront le prix
Des enfants morts en Syrie
Mais la vie n’a pas de prix.
Auteur : Elise, 13 ans
Poème, 29/11/2012


Inscrivez-vous à notre newsletter