Trilogie syrienne

Article  •  Publié sur Souria Houria le 17 mars 2015

Zaatari – le camp devenu ville

Au nord-est de la Jordanie, au coeur du désert, bienvenue à Zaatari, la neuvième ville du pays. 80 000 personnes y vivent. Seul problème, il y a trois ans, la ville n’existait pas. Zaatari est un camp de réfugiés syriens, né dans l’adversité après le début de la guerre civile. Contre toute attente, la vie s’organise.

source : https://ijsbergmagazine.com/stories/trilogie-syrienne/zaatari-le-camp-devenu-ville/

 

Réfugiées au féminin – vies de femmes syriennes au Liban

Déjà 4 ans que la guerre ravage la Syrie, et, selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, le nombre de Syriens réfugiés au Liban approche les 2 millions. Une petite majorité d’entre eux sont des femmes. Elles habitent dans des campements informels ou louent des chambres dans les camps palestiniens surpeuplés. Vulnérables, elles doivent être plus autonomes.

 

source : https://ijsbergmagazine.com/stories/trilogie-syrienne/refugiees-syriennes-liban-femmes/

 

C’est un appartement à peine meublé au coeur de Beyrouth et à une heure à vol d’oiseau de Damas et de ses bombes. « Beyt al Majanin », la maison des Fous, baptisée ainsi par ses occupants, bruisse de discussions sans langue commune. Ils sont Syriens, Français, Libanais. Réfugiés et expatriés se retrouvent autour de la vaisselle qui s’entasse dans l’ombre d’un conflit qui n’est jamais loin.

 

source : https://ijsbergmagazine.com/stories/trilogie-syrienne/beyt-al-majanin-auberge-syrienne-liban/

 



Abonnez-vous à notre newsletter