Un conseil qui ne prend pas en compte le droit des autres d’être en désaccord et la liberté ne me représente pas – par Burhan Ghalioun

Article  •  Publié sur Souria Houria le 10 novembre 2011

Traduit de l’Arabe par SouriaHouria

L’agression des personnalités politiques syriennes du Comité de coordination syrien devant le siège de la ligue arabe au Caire est un événement grave. Il est préjudiciable au Conseil national qui a voulu que les manifestants expriment  leur soutien à  celui ci, comme il est préjudiciable à l’opposition syrienne dans sa totalité.

Il est préjudiciable au conseil parce qu’il est venu d’une partie du public qui considère le Conseil national comme son représentant. Toute loyauté au conseil  signifie refus des autres et manque de reconnaissance des divergences de vue, rejet même  de ces divergences parmi les rangs de l’opposition.

Il est préjudiciable à l’opposition syrienne dans sa totalité parce que cela la fait sembler divisée, en conflit, incapable de s accorder et même de contenir ses différences. Par conséquent il offre au régime une occasion de briser l’opposition et la révolution en utilisant l’agression comme preuve que l opposition est incapable d’arriver à l accord.

Le Conseil national ne nous représente que comme l’incarnation de nos espoirs de la liberté, de la démocratie et du respect mutuel. Sinon il n’est qu’un outil pour construire une nouvelle dictature que des milliers  se seraient sacrifiés pour renverser.  Il ne nous représente que comme un peuple parce qu’il unie toutes les forces de l’opposition représentants  le peuple,  les rassemble, et  garantit la coexistence démocratique entre eux. Sa bataille et notre bataille ne sont valables que parce qu’elles promettent  une nouvelle Syrie démocratique et pluraliste dans laquelle tous sont acceptés, ensemble, égaux, sans tenir compte de l’existence parmi eux de points de vue différents et de positions politiques divergentes. Les relations au sein de l’opposition illustrent ce qui est voulu pour l’état à venir.

S’ils ne sont pas capables de tolérer les divergences politiques et idéologiques aujourd’hui, alors quelle est la légitimité de notre demande pour la liberté ? Demande qui défend les droits de tous à avoir une opinion personnelle, et sollicite l’opinion publique par des moyens pacifiques, seule façon d’obtenir le consensus. En d’autres termes, comment définir la majorité politique comme détentrice du choix ?

La loyauté au conseil national qui se traduit par l’intolérance et le manque de respect mutuel ne veut pas dire loyauté à la révolution de la liberté et de la dignité. Agresser les gens et leur lancer des pierres est une insulte pour nous tous et pour notre révolution pour laquelle nous nous sacrifions.

Cette agression est une agression contre l’esprit de la révolution et son idéologie et elle diminue la légitimité de notre lutte contre le régime tyrannique. Ceux qui ont perpétrés l’agression et ceux qui les ont incite doivent s excuser pour ce qu’ils ont fait, corriger leur erreur, pour que cela ne se reproduise pas.

Je condamne de toutes mes forces cet acte vil, et exprime ma solidarité envers mes frères du comité national de coordination qui ont souffert de cette insulte. La plupart d entre eux sont militants depuis longtemps, ont passe de longues années en prison et ont été  soumis a diverses formes d’oppression et d’humiliation par le régime actuel.  A cette occasion douloureuse, j’invite tous mes frères et sœurs de révolution et au sein de l’opposition à se concentrer sur ce qui nous rassemble et pas sur ce qui nous divise, à reconnaitre que les différences d’opinion et de positions politiques sont naturelles,  les seules solutions étant le dialogue, le débat et la sollicitation de l’opinion publique. Ces solutions ne sont assurément pas la violence, les insultes, les dénonciations et les attaques ad hominem. Ceci est le chapitre premier de toute vie libre et démocratique, celle que nous désirons et pour laquelle nous nous battons.

 

Lire la version anglaise
http://souriahouria.com/2011/11/10/the-council-that-does-not-represent-others’-rights-to-disagreement-and-freedom-does-not-represent-me-by-berhan-ghalioun/

Wednesday, November 9, 2011
https://www.facebook.com/notes/burhan-ghalioun/المجلس-الذي-لا-يحترم-حق-الآخر-في-الاختلاف-والحرية-لا-يمثلني/



Inscrivez-vous à notre newsletter