Un député d’Homs fait défection et décrit « une ville remplie d’horreurs »

Article  •  Publié sur Souria Houria le 18 janvier 2012

Encore un témoignage qui contredit la propagande du régime de Bachar le-Assad. Il émane cette fois d’un député de la ville d’Homs, qui parle d’une « ville fantôme remplie d’horreurs », dans un interview à CNN. Il s’était auparavant exprimé, dimanche soir, sur Al-Arabiya.

Imad Ghalioun a fait défection il y a deux semaines, avec sa famille, sous prétexte d’un voyage d’affaires. Il est le troisième député du Conseil du peuple, où il siégeait à la commission des Finances, à rallier l’opposition. Il serait un cousin de Burhan Ghalioun, professeur à la Sorbonne et président du Conseil national syrien (opposition), qu’il a l’intention de rallier en se rendant en Turquie.

Il se trouvait au Caire lorsque CNN l’a interrogé : « La situation humanitaire est dangereuse, sans services de base,  approvisionnement en nourriture ou hôpitaux équipés. Les habitants ne peuvent pas se déplacer d’un quartier à l’autre. Les gens restent à la maison en se demandant s’ils vont être bombardés. »

Sur Al-Arabiya, il avait décrit « une ville frappée par un déasstre, où les habitants sont en état de siège (…) Il n’y a pas d’électricité, les tas d’ordures remplissent les rues… Le bruit des bombardements la nuit terrifie les enfants. »

Le député semble décrire surtout la situation dans les quartiers sunnites de la ville, en révolte ouverte contre le régime. D’autres descriptions, en provenance de quartiers alaouites (la minorité religieuse à laquelle appartiennent Assad et les principaux cadres du régime et de l’armée) et chrétiens, décrivent une vie relativement normale, même si le carburant et certaines denrées manquent.

Rappelons que le gouvernorat d’Homs totalisait près de deux cinquièmes des 5000 Syriens tués par la répression, d’après le compte arrêté par l’Onu en décembre.



Inscrivez-vous à notre newsletter