Un observateur de la Ligue arabe démissionne et accable Assad

Article  •  Publié sur Souria Houria le 12 janvier 2012

Anwar Malek est l’un des 165 observateurs déployés en Syrie par la Ligue arabe, pour vérifier si Bachar el-Assad tient sa promesse d’arrêter la répression.

Etait, plutôt. Car cet Algérien a rendu son tablier. Il dénonce une « farce » qui permet au régime de gagner du temps et de poursuivre sa chasse sanglante aux opposants.

« Je me retire parce que je me retrouve en train de servir le régime, a expliqué Anouar Malek, dans une interview réalisée au siège de la chaîne qatarie Al-Jazeera à Doha. Je donnais au régime une plus grande chance de continuer le massacre et je ne pouvais rien faire pour l’en empêcher »

La Syrie s’est engagée, en décembre, a appliquer un plan de sortie de crise conçu par la Ligue arabe, qui a imposé des sanctions économiques à Damas.

En théorie, Bachar el-Assad s’est engagé à cesser de réprimer les manifestants, à retirer l’armée des villes, à libérer tous les opposants arrêtés ces derniers mois. Ce que les observateurs devaient vérifier sur place.

Selon Anouar Malek, il n’en est rien.

« Ils n’ont pas retiré leurs chars des rues, ils les ont juste cachés et redéployés après notre départ (…) Les snipers sont partout et tirent sur les civils. Les gens sont enlevés, les prisonniers sont torturés et personne n’est libéré. Ceux qui sont censés être libérés et sont montrés à la télévision sont en fait des personnes qui ont été prises au hasard dans les rues. »

Il raconte en ces termes son séjour à Homs :

« J’ai passé plus de quinze jours à Homs (…) J’ai vu des scènes d’horreur, des corps brûlés (…) Je ne peux pas laisser mon humanité de côté dans ce genre de situation. »

Sur la faillite des observateurs :

« La mission est une farce et les observateurs ont été dupés. Ce que j’ai vu est une catastrophe humanitaire. Le régime ne commet pas seulement un crime de guerre mais une série de crimes contre son peuple. »


La répression des manifestations en Syrie a fait au moins 5000 morts, estimait en décembre l’Onu. Depuis l’arrivée des observateurs, le 26 décembre, les Nations unies ont ajouté au moins 400 victimes à ce décompte.

source: http://globservateur.blogs.ouest-france.fr/archive/2012/01/11/syrie-un-observateur-de-la-ligue-arabe-demissionne-et-accabl.html



Inscrivez-vous à notre newsletter