Ziad Majed «Bachar est à la merci de Moscou et Téhéran» – Propos recueillis par Aurélie Carton

Article  •  Publié sur Souria Houria le 17 mars 2016

La guerre dévaste la Syrie depuis cinq ans. Plus de 260 000 morts, 4 millions de réfugiés, la moitié de la population déplacée… Le politologue Ziad Majed dénonce la férocité du régime, les stratégies de Daech et interpelle ceux qui prétendent porter les valeurs universelles.

Quel est le rapport de forces en Syrie cinq ans après le début de la guerre ?

L’intervention directe des Russes à partir du 30 septembre 2015 l’a changé en faveur du régime. Ce dernier se trouvait aux abois ayant perdu l’année dernière, des territoires importants au profit de l’opposition. Les opposants s’approchaient du fief alaouite des Assad sur le littoral. En quatre mois les frappes russes sont parvenues à desserrer l’étau autour du régime causant la mort de plus de 1 200 civils dont l’Onu n’a jamais parlé. Plus de 88 % de ces raids russes visent l’opposition et seulement 10 % Daech.

Ziad Majed (c) Lola Ledoux
Ziad Majed (c) Lola Ledoux

Pourquoi entend-on parler davantage des massacres perpétrés par l’État Islamique que de ceux du régime ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 190 000 civils tués par le régime, 2 300 par Daech. Presque chaque jour, des barils d’explosifs sont largués par les hélicoptères du régime. Des prisonniers politiques meurent sous la torture dans les geôles, des civils décèdent, affamés dans des zones assiégées depuis de longs mois. Mais ces victimes de la machine de mort d’Assad sont de plus en plus invisibles. L’État islamique, lui, veut occuper tout le temps la Une, que ce soit par une attaque terroriste, une exécution ou un communiqué terrifiant. Cette stratégie de communication fonctionne très bien. La plupart des médias occidentaux sont attirés par le sensationnalisme et les clichés faisant référence à la barbarie de leur « Orient imaginaire ». Daech fournit une « qualité d’image » de l’horreur avec une mise en scène hollywoodienne. Daech maitrise aussi les réseaux sociaux : ses militants animent des dizaines de milliers de comptes Twitter et Facebook. D’autre part, l’État islamique s’attaque aussi aux Occidentaux sachant que l’on se mobilise davantage pour Paris que pour Deir ez Zor ou Raqqa. Ce qui m’inquiète dans ce rapport occidental aux massacres, c’est le message indirectement envoyé à la région : « les civils syriens ne sont que des dommages collatéraux ». « Leurs vies ne valent rien », « le régime qui les tue peut s’en sortir si nos intérêts l’exigent car notre seul ennemi est Daech ». Le discours de l’État islamique « nous les musulmans ne comptons pas dans ce monde » risque de se trouver renforcé.

Sur quoi repose encore le régime de Bachar ?

Il dispose d’une étroite base sociale : une majorité d’alaouites, de chrétiens et des membres d’une bourgeoisie affairiste sunnite. Mais la communauté alaouite est fortement éprouvée. Proportionnellement à son poids dans la population syrienne (10 %), elle a subi de lourdes pertes (autour de 60 000 combattants). Nombre de jeunes alaouites fuient le service militaire à durée indéterminée. Cette base sociale minoritaire ne peut plus protéger un régime désormais à la merci de ses deux alliés : l’Iran et la Russie. L’Iran veut maintenir Assad au pouvoir pour assurer ses alliances régionales (le Hezbollah libanais, le gouvernement de Bagdad) et pour maintenir sa suprématie face aux Saoudiens. Pour les Russes, il s’agit moins d’un lien avec Bachar qu’avec l’appareil sécuritaire et militaire de Damas. Beaucoup de généraux ont été formés par les Soviétiques puis par les Russes. Après avoir perdu l’Irak et la Libye, Moscou ne veut pas renoncer à l’un de ses derniers alliés dans la région. Sa seule base militaire en Méditerranée se trouve près de Lattaquié en Syrie par ailleurs le 7e client de l’industrie militaire russe. Si Poutine veut revenir sur la scène internationale, c’est aussi en se montrant capable d’intervenir au-delà de l’Ukraine ou de la Géorgie. Et puis, l’Église orthodoxe russe, proche du Kremlin, se prétend protectrice des minorités chrétiennes en Orient et, à ce titre, soutient elle aussi le régime de Bachar. Sans parler de la crainte d’une « contagion islamiste » dans le Caucase.

Pourquoi l’opposition syrienne est-elle à ce point fragmentée ?

Dans le système totalitaire syrien, l’opposition était dénuée d’expérience politique. Les opposants se réunissaient depuis la fin des années 1970 de façon clandestine, après avoir déjoué la surveillance des moukhabarats1. Il faut imaginer un pays dans lequel régnait une suspicion généralisée. Les gens étaient éduqués à ne pas faire confiance aux autres de peur qu’ils n’écrivent des « rapports », les profs baathistes posaient parfois des questions pièges à leurs étudiants pour sonder l’opinion de leurs parents… Au début de la Révolution, des opposants me confiaient ne pas avoir l’habitude des assemblées publiques, ni des discussions à voix haute dans les cafés. Le mouvement social de 2011 a été spontané, sans chefs. Ceux qui auraient pu le devenir ont été assassinés ou arrêtés par le régime. Puis la militarisation a créé ses jeunes chefs de guerre éloignés des « représentants » politiques, en exil à Paris, Istanbul ou Ryad. De plus, les acteurs régionaux (Turquie, Arabie saoudite, Qatar…) ont essayé de contrôler cette opposition syrienne et les Occidentaux ont tenté de se trouver leur propre « champion » selon leurs propres critères, ce qui a créé des tensions et n’a pas facilité la tâche des opposants. Ceci dit, il y a une part de responsabilité chez ces opposants qui n’ont pas été la hauteur du courage et de la détermination de leur peuple.

L’État islamique trouve-t-il des soutiens au sein de la population syrienne ?

La population locale syrienne, jusque récemment, percevait Daech comme une occupation étrangère, une sorte de colonisation. Les chefs de l’État islamique sont irakiens, les leaders militaires irakiens et tchétchènes, les chefs religieux saoudiens, tunisiens…. Il y a aussi beaucoup d’Européens. Donc il existe une colère locale contre Daech. Cependant, les régions contrôlées par l’État islamique sont soumises à un état de siège, à des bombardements du régime, de la coalition internationale, des Russes, ce qui empêche le développement des dynamiques de résistance. D’un autre côté, beaucoup d’activistes ont fui ou sont emprisonnés par Daech. Il faut préciser que l’État Islamique a aussi créé des emplois, ils paient des salaires, tissent des liens au sein de la société. Ses « émirs » ont imposé des mariages mixtes entre ceux qu’ils appellent les Mouhajirin (les immigrés) et les Ansar (les Syriens), reprenant un vocabulaire utilisé du temps du Prophète. Daech récupère aussi des ex-agents de renseignement du régime. Quant aux tribus de l’Est syrien, pour s’imposer l’État islamique a joué les unes contre les autres, accordant des privilèges à certains chefs tribaux notamment dans la gestion des puits de pétrole. Le pétrole syrien constituait une bonne source de financement mais, avec la baisse du prix du baril, Daech se finance davantage par le biais de rançons, taxes, biens confisqués et semble avoir récemment baissé les salaires des fonctionnaires et de ses combattants.

Les négociations ouvertes en janvier à Genève sous l’égide de l’Onu peuvent-elles aboutir ?

L’action de l’Onu est désormais symbolique. On entre dans une phase nouvelle : Moscou a rempli le vide laissé par le retrait relatif des États-Unis et l’impuissance de l’Union européenne. Les Russes bombardent et modifient la situation sur le terrain tout en appelant à négocier sous le drapeau onusien à Genève.

Que penser de la politique française à l’égard de la Syrie ?

Du point de vue des principes, la position de la diplomatie française a été la plus équilibrée : ni Assad ni Daech, mais un soutien à l’opposition. Malheureusement, la France n’a pas toujours les moyens de concrétiser. L’épisode de l’été 2013 suite aux attaques chimiques du régime contre les civils dans les banlieues de Damas et l’incapacité française de réagir après les rétractations américaines étaient révélateurs. Même chose lors de l’interdiction de livrer des missiles anti-aériens à l’Armée libre, quand la révolution s’est militarisée en 2012. Le régime a depuis le champ libre dans les airs, la population en a souffert, beaucoup de combattants de l’Armée libre se sont sentis abandonnés et certains ont alors préféré les factions islamistes mieux armées et mieux financées.

Quant à l’accueil des réfugiés, les Français sont loin derrière les Allemands ou les Suédois.

La France cependant peut encore jouer un rôle fort important en investissant le domaine juridique. Le Parquet de Paris enquête sur le dossier César (nom de code d’un photographe de la police militaire syrienne qui a fait défection en 2013, emportant avec lui les clichés de milliers de cadavres de détenus torturés, affamés ou exécutés). Il existe des dossiers sur des massacres, des viols collectifs et d’autres crimes contre l’humanité commis par le régime Assad. Il faut avancer à ce niveau. En laissant impunis ces crimes, on laisse entendre que les criminels peuvent échapper à la justice dans cette partie du monde, et on risque de créer plus de murs entre les sociétés au détriment des valeurs universelles.

Bio de Ziad Majed

1970 naissance à Beyrouth

1988 rejoint la croix rouge libanaise durant la guerre civile

1994 rejoint le centre libanais des études politiques

1998 secrétaire générale de l’association libanaise pour la démocratie des élections

1999 rejoint l’institut international pour la démocratie à Stockholm

2006 s’installe à Paris

2007 membre fondateur et coordinateur du réseau arabe pour l’étude de la démocratie

2009 rejoint l’université américaine de paris en tant qu’enseignant/chercheur

Cette interview a été publiée dans le mensuel d’Amnesty International France, La Chronique, en mars 2016.



Inscrivez-vous à notre newsletter