Assad bombarde Alep – Emission « C DANS L’AIRE »

Article  •  Publié sur Souria Houria le 3 août 2012

Depuis cinq jours, les combats concentrés sur la deuxième ville du pays, Alep, s’intensifient entre rebelles et armée régulière. Alors qu’une assemblée générale de l’ONU, programmée pour demain, pourrait condamner l’inertie du Conseil de sécurité, les Syriens affluent dans les pays voisins.

Après que le front de Damas ait été reconquis par l’armée régulière – bien que des tirs nourris et des explosions ont retenti, ce 1er août 2012, dans des quartiers de la capitale hostiles au pouvoir -, depuis le 28 juillet, la bataille se concentre sur Alep. Le contrôle du poumon économique du pays pourrait s’avérer décisif quant à l’issue de la révolte et du régime de Bachar al-Assad. Pendant ce temps, la Syrie, depuis mars 2011 et le début de la révolte, est en train de basculer dans une tragédie humaine. A ce jour, plus de 19 000 personnes ont été tuées et 200 000 Syriens ont fui les combats.

Face à la répression sanglante qui n’épargne pas les civils, les défections de militaires gradés et diplomates se multiplient dans le camp du raïs. La Commission européenne a réclamé hier des « trêves » dans les combats afin de permettre évacuation des blessés et des civils. Barack Obama et le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, veulent « accélérer la transition politique » en Syrie et le départ de Bachar al-Assad.

Mais au niveau international, en l’absence de sanctions contraignantes, seule la mission d’observateurs dépêchée sur place, et dont le mandat a été prolongé de trente jours en juillet, reste effective concernant le plan de paix de Kofi Annan. Impuissant, le chef de ces représentants des Nations unies en Syrie relate « un pilonnage intense », des violences du « fait des deux parties » et des dégâts dans les villes de Homs et de Rastane, dans le centre du pays.

Et si la perspective de nouveaux massacres inquiète les spécialistes, à ce jour, la communauté internationale semble incapable d’agir, contrée par les vetos sino-russes au Conseil de sécurité de l’ONU. Une institution qui, ce mercredi, entre sous présidence française. A cette occasion, chargé d’animer les débats et d’établir l’ordre du jour durant ce mois, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a demandé une réunion d’urgence d’ici la fin de la semaine. Il souhaite ainsi « tout tenter » pour convaincre la Chine et la Russie de ne pas s’opposer à une résolution contraignante contre le régime de Bachar al-Assad.

Émission du mercredi 1 août 2012

Pour voir l’émission : http://www.france5.fr/c-dans-l-air/terrorisme-et-conflits/assad-bombarde-alep-36710

 

Hala Kodmani

Présidente de l’association Souria Houria (Syrie Liberté).

Frédéric Pons
Rédacteur en chef de la rubrique Monde de l’hebdomadaireValeurs actuelles.
Ziad Majed

Chercheur et politologue libanais.



Inscrivez-vous à notre newsletter