Maintenant, Bachar affame son peuple – C dans l’air – France5

Article  •  Publié sur Souria Houria le 16 novembre 2013

Émission du jeudi 14 novembre 2013


C dans l’air : maintenant, Bachar affame son… par Sgtpepperv2
Deux ans et demi après le début de la tragédie syrienne, Bachar al-Assad s’est engagé à faciliter le travail des experts chargés de la destruction de son arsenal chimique. Mais la violence ne faiblit pas et la détresse des deux millions de Syriens réfugiés dans les Etats voisins grandit.

Alors que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques se félicite d’avoir neutralisé l’essentiel de la production de l’arsenal syrien, et que la communauté internationale reste suspendue à la date de la conférence de Genève, repoussée déjà à maintes reprises, la situation humanitaire s’aggrave jour après jour en Syrie. Deux ans et demi après le début du conflit, son terrible bilan s’élève à plus de 110 000 morts. Le nombre de déplacés atteint 4,2 millions de personnes selon l’Onu, auxquels s’ajoute l’exode de milliers de Syriens.

En effet, ils sont désormais 6 000 chaque jour à prendre la route de l’exil pour fuir les combats qui font des ravages en Syrie. Plus de 2 millions de personnes ont déjà trouvé refuge dans les pays voisins, dont les deux tiers depuis le début de l’année – notamment en Turquie, Jordanie et sur le sol libanais.

Ainsi, à lui seul, le Liban accueille 800 000 Syriens selon les données du Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR). Mais d’après les autorités libanaises, ce chiffre est nettement sous-évalué. La Sûreté générale libanaise estime qu’un million et demi de Syriens ont franchi ses frontières, et le gouvernement se prépare à un scénario de deux millions de réfugiés pour le début de 2014. Autrement dit, à gérer sur son propre sol une augmentation de sa population de 50 %.

Car si le régime syrien semble respecter le désarmement chimique, la guerre qu’il livre contre les rebelles continue plus que jamais. Et surtout, la famine est devenue une arme dont les civils sont les premières victimes. Au total, selon l’Onu, plus de deux millions et demie de Syriens n’ont pas accès à l’aide d’urgence.

Invités :

Hala Kodmani Association Souria Houria (Syrie Liberté).

Antoine Sfeir Directeur de la rédaction des Cahiers de l’Orient et président du Centre d’études et de réflexion sur le Proche-Orient.

Pierre Servent Expert en stratégie militaire et spécialiste des questions de défense.

Olivier Lepick Docteur en histoire et politiques internationales.



Abonnez-vous à notre newsletter